Un technopôle moteur dans le management environnemental

Le 06 juin 2005 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
savoie 2
savoie 2

Depuis un an, Savoie Technolac, en Savoie, mène une opération originale de sensibilisation des entreprises et établissements publics du site aux problématiques environnementales. Des résultats concrets, comme la certification 14001 de plusieurs sociétés, témoignent du succès de l'opération.

Des sociétés de service, des écoles supérieures, l'université de Savoie, des laboratoires. A priori, ces établissements, situés sur le technopôle de Savoie technolac, pourraient apparaître peu concernés par l'environnement. Et pourtant. Depuis un an, 65 des 130 entreprises ainsi que l'ensemble des établissements d'enseignement supérieur se sont impliquées dans le club Ecolac qui vise à mettre en place un système de management environnemental (SME) pour chaque adhérent. «Il s'avère plus compliqué de convaincre les sociétés de service et de recherche et développement (R&D) car elles n'ont pas spontanément conscience de leurs impacts environnementaux, explique Jean-Jacques Duchêne, directeur de Savoie Technolac. Mais il est plus aisé pour elles de procéder à des changements car cela ne demande pas d'investissements lourds.» En outre, le site qui abrite l'Institut national de l'énergie solaire (Ines) et des laboratoires du Commissariat à l'énergie atomique (CEA) spécialistes de l'énergie solaire, et bientôt un centre de R&D consacré à l'écoconception, met en avant une forte sensibilisation aux problèmes environnementaux.

La démarche d'Ecolac devait d'abord consister à la seule signature d'une charte, sans engagement précis. «Au départ, je n'ai pas voulu cautionner cette démarche, explique Erik de Kermel, directeur général de Bayard nature et territoires et chef de file d'Ecolac. J'ai craint qu'elle n'en reste au stade du voeu pieu. Pour que la démarche ait de la valeur, il faut qu'elle soit engageante, surtout pour les salariés.» C'est pourquoi le club a décidé d'aller plus loin. Il s'agit pour chaque membre de réaliser un audit environnemental, financé par Savoie technolac, et mené par des professeurs de l'Ecole nationale supérieure des Arts et métiers (Ensam), puis de se fixer des objectifs en fonction du diagnostic.

Ainsi Bayard nature et territoires s'est engagé à remplacer les gobelets en plastique mis à disposition par un verre pour chaque employé, à programmer ses imprimantes pour qu'elles fonctionnent en recto verso, etc. «Depuis notre engagement dans Ecolac, nous avons même accueilli un ingénieur afin d'être certifié 14001 d'ici la fin de l'année», indique Erik de Kermel. Sur l'ensemble des acteurs du club, un total de 450 points de progrès à réaliser a été recensé.



Avec l'aide du Syndicat mixte pour l'aménagement du parc technologique (1) qui consacre environ 75.000 euros annuellement pour l'environnement sur un budget total de 2,5 millions d'euros, le club a en outre mutualisé deux actions: le tri sélectif des déchets électroniques (piles, néons, ordinateurs, etc.) et la mise en place prochaine d'un Plan interentreprises de déplacement (Pied) qui concerne potentiellement 2.500 salariés travaillant pour les 130 sociétés, 3.500 étudiants et 500 enseignants chercheurs.

La prochaine étape du club est de faire participer l'ensemble des entreprises du site, objectif que Jean-Jacques Duchêne se dit sûr d'atteindre. «Notre culture de la mutualisation séduit, explique-t-il. D'ailleurs, les nouvelles sociétés qui s'installent chaque année participent volontiers à notre démarche.»



(1) Connu sous l'acronyme Sypartec, le syndicat réunit le conseil général de Savoie, les villes de Chambéry, de la Motte-Servolex, Le Bourget-du-Lac, Aix-les-Bains et la communauté de communes du Lac du Bourget.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus