Un tableau pessimiste de la gestion des déchets

Le 05 mars 2008 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Comme pour l'énergie, l'OCDE salue les gains d'efficacité dans l'utilisation des matières premières dans ses «Perspectives de l'environnement à l'horizon 2030». Mais la quantité de déchets dangereux a tendance à augmenter. Malgré le peu de données sur le sujet, l'OCDE l'estime à 115 millions de tonnes en 1997 pour ses pays membres, soit 2,5% de leur quantité totale de déchets. Entre 1997 et 2001, cette quantité a peu augmenté, bien que le PIB ait progressé parallèlement de 18% et la production industrielle de 19%.

Autre problème, les quantités croissantes de déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE). 20 à 50 millions de tonnes sont générées chaque année, et la production de DEEE est celle qui croît le plus vite dans l'UE, totalisant 6 à 7 millions de tonnes par an.

Le transport illégal de déchets dangereux est pointé par l'OCDE. Ainsi, 51% des transports de déchets contrôlés au sein de l'UE entre 2004 et 2006 étaient illégaux, principalement dus à l'absence de contrôle et au coût élevé du traitement dans les pays exportateurs.

Côté déchets municipaux, l'accroissement des quantités a été de 58% entre 1980 et 2000, et 4,6% entre 2000 et 2005. Mais le traitement des déchets a cependant évolué, note l'OCDE. En 1995, 64% des déchets ménagers étaient enfouis, 18% incinérés et 18% recyclés. En 2005, les proportions passaient respectivement à 49%, 21% et 30%.  Néanmoins, 7 pays de l'OCDE enfouissaient toujours plus de 80% de leurs déchets ménagers en 2005. Au final, l'OCDE juge encourageantes les politiques en matière de déchets des pays membres de l'OCDE, qui devraient faire décroître progressivement la part de déchets enfouis jusqu'en 2030.

Mais pour les pays non membres de l'OCDE, la situation est dramatique. En 2030, ces pays devraient produire 70% des déchets ménagers mondiaux. En 2000, les pays de l'OCDE en produisaient 40% alors qu'ils n'abritent que 18% de la population mondiale. Dans les pays non-membres, les traitements inappropriés sont légion: 60% des déchets pour le Brésil, 48% pour la Chine, 40% pour l'Inde. «Un traitement approprié de ces déchets sera un énorme défi politique pour ces pays d'ici 2030.»




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus