Un sursaut pour l'affichage environnemental ?

Le 26 mars 2019 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Bientôt une information environnementale normalisée ?
Bientôt une information environnementale normalisée ?

 

Dans un avis publié ce 26 mars, le Conseil économique, social et environnemental (Cese) relance l’affichage environnemental.

 

Les citoyens veulent être mieux informés sur les produits, comme l’a révélé le succès de l’application Yuka, téléchargée par plus de 5 millions de personnes. Cette innovation se focalise sur l’impact du produit sur la santé mais son pendant environnemental n’existe pas encore. Pourtant, le Cese rappelle que la généralisation d’un affichage environnemental favoriserait la consommation et la production responsables. Un objectif au cœur de la feuille de route sur l’économie circulaire (FREC).

 Un système européen d’évaluation?

Pour éviter la surcharge d’informations, le Cese propose deux niveaux de diffusion. Une note sur le produit, par exemple, et une information détaillée ailleurs. L’évaluation de l’empreinte environnementale étant le nerf de la guerre, l’idée est de généraliser un système au niveau européen, basé sur les retours d’expériences nationales. Dans l’Hexagone, le référentiel mis au point par l’Ademe pour plusieurs catégories de produits pourrait d’ailleurs être normalisé. Pour obtenir des fonds, l’accès à la base de données environnementales pourrait aussi être payant, avec une exonération prévue pour les entreprises y contribuant. 

Une occasion en or en 2019

Alors qu’un nouveau bilan de l’affichage environnemental dans 5 secteurs pilotes est prévu dans le courant de l’année, le Cese recommande d’y préciser les contours d’un dispositif national, en termes de gouvernance et de moyens humains et financiers, et en y associant l’expertise de la DGCCRF[1] pour la véracité des données. L’occasion aussi d’identifier les nouveaux secteurs prioritaires pour une suite de l’expérimentation volontaire. Et pourquoi pas de légiférer sur un dispositif obligatoire pour toutes les entreprises pratiquant un affichage environnemental?



[1] DGCCRF: Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus