Un stress-test climatique pour les banques britanniques

Le 18 décembre 2018 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
La banque d'Ecosse passera-t-elle son stress test climatique?
La banque d'Ecosse passera-t-elle son stress test climatique?
DR

La Banque d’Angleterre va évaluer la résistance des banques britanniques à un scénario climatique dévastateur.

 

Les banques sont-elles résilientes aux conséquences du changement climatique? La question n’a rien de trivial. Et commence même à inquiéter les investisseurs. Le lien entre le réchauffement et le résultat de HSBC ou BNP Paribas? Une exposition trop importante à des activités susceptibles d’être entravées par les effets du réchauffement, comme le tourisme, la production d’énergie (qui demande de l’eau) ou l’agriculture.

Depuis plusieurs années, Marc Carney, le gouverneur de la Banque d’Angleterre (BOE), milite pour que les investisseurs institutionnels (banques, assurances, fonds de pension, fonds souverains) intègrent le risque climatique dans leur stratégie. Une préconisation dont le secteur bancaire britannique se contrefiche royalement. Pour le moment.

scénario climatique dévastateur

Selon un rapport de la Banque d’Angleterre du 26 septembre, seuls 10% des établissements bancaires d’outre-Manche considèrent le risque climatique comme une donnée stratégique. «Cela engage le conseil d’administration. Cela signifie aussi que les risques climatiques à court et long termes sont considérés et que des actions sont menées pour les réduire», explique pourtant la BOE.

Conformément à ce qu’elle avait annoncé en juin 2017, la banque centrale britannique va donc lancer, dès l’année prochaine, un nouveau stress-test des banques. Originalité de l’exercice: il évaluera les réponses des banques à un scénario climatique dévastateur, indique Marc Carney, dans un entretien accordé au Financial Times.

Le Royaume-Uni n’est pas le premier pays à évaluer ainsi son système bancaire: depuis deux ans, les régulateurs de la finance néerlandaise, allemande et suédoise ont déjà engagé un processus similaire.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus