Un sanctuaire enfin adopté en mer de Ross

Le 28 octobre 2016 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La 6ème tentative était la bonne
La 6ème tentative était la bonne

La Commission pour la conservation de la faune et de la flore marines de l’Antarctique (CCAMLR) a enfin approuvé, le 27 octobre, la création d’un vaste sanctuaire marin dans la mer de Ross lors de la 35e réunion annuelle à Hobart (Tasmanie).

 

La 6e tentative fut la bonne. La levée du véto russe a permis de valider le projet porté depuis 2011 par les Etats-Unis et la Nouvelle-Zélande. Cette aire marine protégée -la plus importante au monde en superficie- s’étendra sur 1,55 million de kilomètres carrés. Ce qui représente une surface plus grande que la France, le Benelux, l’Italie, l’Allemagne, la Suisse et l’Autriche réunis.

Dès décembre 2017, 1,12 Mkm2 seront interdits à la pêche, selon le ministre néo-zélandais des affaires étrangères Murray McCully. Ce résultat est le fruit d’un consensus trouvé entre les 25 membres[1] de la CCAMLR, notamment pour permettre le ralliement de la Russie et de ses pêcheurs de légine. L’an dernier, la coalition en faveur du sanctuaire avait été rejointe par la Chine, ce qui constituait déjà un grand pas.

«La CCAMLR a écrit l’histoire. C’est la première fois que des Etats acceptent de protéger une aussi vaste zone océanique au-delà des eaux relevant de leur juridiction. Cela montre aussi que la Commission prend son rôle au sérieux», s’est réjouie Andrea Kavanagh, de l’ONG PEW.

Cette partie de l’Océan austral abrite de nombreuses espèces dont un tiers de la population de manchots Adélie (Pygoscelis adeliae).



[1] 24 pays et l’Union européenne

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus