Un rapport parlementaire plutôt positif pour les OGM

Le 15 février 2005 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
OGM
OGM

L'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et techniques vient de rendre son rapport sur la place des biotechnologies en France et en Europe. L'occasion de revenir sur les risques sanitaires et environnementaux liés aux organismes génétiquement modifiés (OGM).

A l'heure où de nombreuses études permettent une évaluation plus scientifique et moins émotionnelle du dossier, les rapporteurs de l'Assemblée nationale et du Sénat ont voulu revenir sur les risques liés aux OGM. Selon eux, «les dangers sanitaires se sont avérés inexistants », ce qui ne signifie pas que l'évaluation des risques doit cesser. Concernant les risques allergènes, le rapporteur, Jean-Yves Le Déaut (PS), préconise «une analyse au cas par cas». Celle-ci ne doit d'ailleurs pas se restreindre aux seuls produits transgéniques, puisque les allergies alimentaires ont considérablement augmenté depuis quelques années. En ce qui concerne les risques toxiques, «une réforme et une meilleure coordination entre le système national et européen d'évaluation s'impose». Jean-Yves Le Déaut illustre ce dysfonctionnement par le cas du maïs MON 863. Le panel européen et l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) s'étaient dits convaincus, en 2004 , de l'innocuité de l'organisme, tandis que la Commission du génie biomoléculaire (CGB) avait demandé des informations supplémentaires.

Les risques environnementaux concernent bien sûr le croisement entre espèces sauvages et espèces génétiquement modifiées. Le rapport souligne à ce propos que le risque est nul en Europe pour le maïs, puisqu'il n'y a pas possibilité de croisement avec les adventices sauvages comme le téosynte. Même si le rapporteur reconnaît que la coexistence des champs avec ou sans OGM pose problème, il insiste surtout sur leur atout : une moindre consommation de pesticides et d'herbicides. Jean-Yves Le Déaut recommande qu'«une comparaison soit faite entre l'utilisation des biotechnologies et l'emploi de pesticides et d'herbicides.» Autre argumentaire favorable aux OGM : l'Office parlementaire estime que «la biodiversité est plus menacée par l'agriculture intensive que par les OGM.»

Le rapport des parlementaires fait suite à de nombreuses auditions qui ont eu lieu du 9 novembre au 25 janvier 2005. Elles ont regroupé des représentants de l'agriculture, de l'industrie agroalimentaire, des associations de défense de l'environnement et de protection des consommateurs, des chercheurs et des hommes politiques. Des tables rondes thématiques et contradictoires, ouvertes à la presse et au grand public, sont aussi organisées jusqu'au 17 février sur les enjeux sanitaires et environnementaux, mais aussi sur les aspects juridiques et économiques.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus