Un projet pour mieux gérer les rejets d’assainissement côtiers

Le 22 juillet 2008 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Girac, ou gestion intégrée des rejets d’assainissement côtiers. C’est le nom d’un projet visant à une qualité permanente des eaux de baignade, développé entre autres par les pôles de compétitivité Mer Bretagne et Mer Paca ainsi que Veolia eau. La météo -et plus particulièrement les orages- a un impact sur la quantité et la qualité des eaux rejetées et peut donc affecter la qualité des eaux de baignade.

D’après le pôle Mer Bretagne, Girac doit mettre à disposition des gestionnaires et collectivités des outils modélisés pour suivre les rejets d’assainissement et mieux gérer les crises. Les élus locaux pourront s’en servir pour un redimensionnement éventuel des installations. De plus, les usagers pourront être informés en temps réel sur la qualité des eaux. «Prévoir les pollutions pour garantir la qualité des eaux de baignade et prévenir les baigneurs à chaque changement constaté, sera le nouveau service offert aux amateurs des plages antiboises et juanaises», précise la ville d’Antibes Juan-les-Pins, l’un des sites pilotes pour le projet Girac.

Une directive européenne datant de 2006 (1) a introduit une modification du classement des eaux de baignade, et selon la Surfrider Foundation, celles de 131 plages françaises pourraient ainsi être considérées comme de qualité insuffisante (2).

(1) Directive 2006/7/CE du Parlement européen et du Conseil, du 15 février 2006, concernant la gestion de la qualité des eaux de baignade et abrogeant la directive 76/160/CEE
(2) Voir l’article du JDLE: «Une plage française sur dix serait ‘de qualité insuffisante’»



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus