Un premier prêt soutenu par le mécanisme de financement du capital naturel

Le 14 avril 2017 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Un fonds consacré à la biodiversité.
Un fonds consacré à la biodiversité.
DR

La Banque européenne d’investissement (BEI) et la Commission européenne espèrent ainsi aboutir à l’élaboration d'un «modèle économique pour la nature sauvage».

Le mécanisme de financement du capital naturel (NCFF), un instrument financier né sous la houlette de la BEI et de la Commission européenne, vient d’accorder son premier prêt. L’heureux récipiendaire -Rewilding Europe Capital, un fonds essentiellement soutenu par la loterie néerlandaise et dédié au mariage entre nature et économie- devrait recevoir 6 millions d'euros. Il devrait ainsi soutenir plus de 30 entreprises «axées sur la nature» dans l'ensemble de l'Europe. Ces fonds sont en partie prélevés sur l’enveloppe du programme Life, l'instrument européen de financement pour l'environnement et l'action pour le climat. «Pour préserver et restaurer les éléments précieux que sont les habitats et la vie sauvage de l'Europe, nous devons faire plus. Investir dans la nature présente un intérêt économique important, a déclaré Jonathan Taylor, vice-président de la BEI chargé du climat et de l'environnement. La biodiversité et la croissance économique peuvent aller de pair.»

Actuellement en phase-pilote, une enveloppe de 100 à 125 M€ est allouée à ce mécanisme jusqu’en 2019. Les projets éligibles peuvent être des opérations de paiement en contrepartie de services écosystémiques, des infrastructures vertes, des mesures compensatoires en matière de biodiversité, et des investissements destinés à des entreprises innovantes favorisant la biodiversité et l'adaptation au changement climatique.

 

Modèle économique pour la nature sauvage

Un élément-clé de ce projet, souligne la Commission, réside dans l'élaboration d'un «modèle économique pour la nature sauvage». Les zones concernées par la restauration écologique qui pourraient être soutenues par l'accord signé aujourd'hui comprennent 38 sites différents dans le cadre du réseau Natura 2000. Un soutien sera apporté à la création et à la consolidation d'entreprises fondées sur la nature, et de nouveaux modèles économiques liés à la nature seront encouragés dans des secteurs tels que la foresterie, la gestion de l'eau, la pêche et le tourisme durables. L'accord devrait permettre la création de 250 emplois, espère la Commission.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus