Un plan de relance trop «autocentré»

Le 19 janvier 2009 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
A quelques jours des Etats généraux de l’automobile, qui auront lieu le 20 janvier, la Fédération nationale des associations des usagers de transports (Fnaut) dénonce la partie «transports» du plan de relance, trop axée sur l’automobile.

La crise doit être l’occasion de prendre en compte les changements d‘habitude de déplacement des Français, «de corriger les erreurs stratégiques des constructeurs» liées à la sortie récente de 4x4 «qui ne se vendent pas, (…) repenser la place du secteur automobile au sein de l’industrie française et préparer une inévitable reconversion partielle», selon la Fnaut.

A l’inverse de la relance des projets routiers «grenello-incompatibles» dans le cadre du plan (Bordeaux-Espagne, A150 Rouen-Le Havre et Grand contournement ouest de Strasbourg), la Fnaut appelle à l’investissement dans les transports collectifs, qui «crée deux fois plus d’emplois, à dépense égale, que l’investissement routier (infrastructures, matériel roulant, exploitation) et, pour la plupart, pérennes et (…) non délocalisables».

La Fnaut propose donc le lancement immédiat des nombreux projets de transport collectif urbain en site propre, et des travaux de régénération du réseau ferré classique. Elle souhaite qu’avant toute accélération, «les grandes infrastructures nouvelles -routières, ferroviaires et fluviales- [soient] validées dans le cadre de l’élaboration du Schéma national des grandes infrastructures de transports (Snit) après évaluation de leur impact économique et écologique à long terme».


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus