ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
imprimer Ajouter à vos favoris envoyer à un ami Ajouter à mes favoris Delicious Partager cet article sur WikioPartager cet article avec mon réseau profesionnel sur Viadeo linkedinPartager cette page sous TwitterS'abonner au flux RSS du JDLE

Un pesticide interdit présent dans les légumes français?

Le 02 novembre 2011 par Geneviève De Lacour

Censé améliorer les rendements, le Métam sodium est un fumigant utilisé pour désinfecter les sols agricoles et notamment pour les cultures de légumes et de plantes fruitières. Or, selon l’association Générations futures, le Métam sodium interdit en Europe en raison de sa toxicité depuis janvier 2010 bénéficierait de dérogations dans 15 pays. Dont, la France à qui l’Europe aurait accordé, jusqu’en 2014, une dérogation pour la culture de la mâche.

Selon le communiqué de Générations futures, la France serait même l’un plus gros utilisateur de ce pesticide en Europe avec une consommation de 6,5 millions de kilos pour l’année 2010. La chambre d’agriculture de l’Isère mentionne dans une étude datée de 2005 portant sur les «alternative à la désinfection chimique des sols», l’emploi de 1.200 litres de Métam sodium par hectare, pour un champ de fraise.

Il existe, en effet, dans la Directive européenne sur les pesticides un article dont les dispositions permettent d’obtenir une «dérogation de 120 jours » donnant la possibilité, à un Etat membre, d’utiliser des pesticides interdits «en cas de danger imprévisible » pendant presque une saison culturale complète.

Mais selon le réseau PAN (Pesticide action network), qui a pu récupérer les rapports obligatoires réalisés pour 2010 par les 15 Etats membres ayant réclamé des dérogations, la France a sollicité des exemptions de la part de l’Europe  pour les cultures suivantes : la mâche, les carottes, les tomates, les fraises, les asperges mais aussi les plantes ornementales, les arbres et les arbustes. Après la France, l’Espagne, le Portugal et la Grèce arrivent juste après en termes de consommation de ce produit phytosanitaire.

En France, la toxicité du Métam sodium vis-à-vis de l’homme n’est pas clairement avérée. La base de données Agritox de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses)  mentionne un «effet cancérigène suspecté» mais en revanche des «preuves insuffisantes chez l’homme». Alors qu’aux Etats-Unis, pays où le pesticide est très employé, la substance active fait partie de la liste des cancérigènes « probables » recensés par l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA).

Dans l’hexagone, le produit est cependant considéré comme «dangereux pour l’environnement», «très toxique pour les organismes aquatiques», et pouvant « entrainer des effets néfastes à long terme pour l’environnement aquatique».

L’association Générations futures précise dans son communiqué que le gaz relargué par le sol pendant de nombreux jours est un mélange de Métam sodium et de ses produits de dégradation, produits qui sont parfois plus toxiques que la molécule mère. Ces derniers seraient toxiques pour le foie, immunotoxiques, reprotoxiques et des cancérigènes suspectés.

«Il faut absolument ne pas autoriser le Métam sodium en Europe et au contraire retirer immédiatement les autorisations dérogatoires actuelles pour un soi-disant usage essentiel qui conduit de facto des pays comme la France à utiliser des quantités énormes de ce pesticide dangereux, sans chercher à mettre en œuvre des alternatives sûres» conclut le porte-parole de Générations futures critiquant très vivement les aberrations du système européen d’autorisation des pesticides.  

 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus