Un One Planet Summit au goût de réchauffé

Le 26 septembre 2018 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Peu d'avancées pour le climat au One Planet Summit de New York.
Peu d'avancées pour le climat au One Planet Summit de New York.
VLDT

Beaucoup de redites et quelques nouveautés pour le climat ont été annoncées, ce mercredi 26 septembre à New York.


Deux heures et demi, à peine. Telle aura été la durée de la seconde édition du One Planet Summit, le colloque international dédié aux solutions et au financement de la lutte contre le changement climatique.

Officiellement, il s’agissait, 8 mois après le premier opus parisien, de faire le point sur ces deux questions, en marge de l’assemblée générale des Nations unies, à New York. Pour l’occasion, la fondation philanthropique de Michael Bloomberg avait réservé quelques salons à l'hôtel Plaza de plus, à la suite du Bloomberg Global Business Forum, où intervenaient une douzaine de chefs d’Etat et de gouvernement.

redites européennes

Co-présidé par l’ancien maire de New York et le président de la République française, ce mini sommet a surtout été l’occasion de rappeler quelques engagements déjà connus. La Commission européenne a, par exemple, indiqué qu’elle consacrera, entre 2014 et 2020, plus de 40 milliards d’euros de fonds structurels à la reconversion de 8 régions productrices de charbon de l’Union européenne . Une annonce faite au printemps dernier.

Bruxelles a également précisé qu’elle entendait consacrer le quart du prochain budget de l'Union européenne (2021-2027), soit 320 Md€, aux objectifs climatiques et prévoit un soutien financier dédié aux investissements durables dans les infrastructures grâce au programme ‘InvestEU’ de 150 Md€. Là encore, l’information n’est pas nouvelle.

des crédits pour le stockage

Au chapitre des nouveautés, la Banque mondiale a promis la création d’une ligne de crédits d’un milliard de dollars, pour développer le stockage d’électricité. «Ce programme, indique la banque multilatérale dans un communiqué, devrait générer 4 autres milliards d’investissements.» Le groupe de la Banque mondiale estime ainsi porter à 17,5 gigawattheures (GWh) la capacité mondiale de stockage: plus du triple de celle déjà en service.

Fond d'investissement public-privé

Plus original encore: des fondations de milliardaires (Hewlett, Grantham), la fondation Ikea, l’Agence française pour le développement (AFD), vont créer avec BlackRock (le plus important gestionnaire d'actifs au monde) un fond d’investissement public-privé spécialisé dans les infrastructures climatiques sur les marchés émergents. Nul ne sait encore quelle sera sa dotation initiale, ni les critères de sélection des projets à soutenir.
 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus