Un nouvel encadrement du marché de l’électricité

Le 18 novembre 2011 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le marché européen de l’électricité suscite, de longue date, bien des fantasmes. Financiers, tout d’abord.
 
On y échange bien plus d’électrons que l’on n’en produit effectivement. Sur les 9 premiers mois de l’année, le géant allemand E.ON a effectivement produit 200 térawattheures, mais ses courtiers en ont échangé 1.500. Riche de quelques dizaines de traders, la filiale trading d’EDF réalise, pour le premier semestre 2011, un excédent brut d'exploitation de 350 millions d’euros.
 
Ces marchés sont depuis longtemps aussi sous la surveillance des régulateurs. Régulièrement, des accusations de manipulation de cours sont lancées contre tel ou tel énergéticien, sans que les gendarmes des marchés ne puissent prouver quoi que ce soit. Il est vrai que les compagnies d’électricité sont les seules à disposer de toutes les données (volumes d’échanges, niveau de remplissage des barrages, centrales en service, statistiques de consommation, etc.) permettant de surveiller effectivement les marchés de la plaque de cuivre européenne.
 
Pour encadrer, un peu, les marchés de l’électricité, la Commission et le parlement européens ont introduit, dans le projet de texte réformant la directive concernant les marchés d'instruments financiers, une disposition qui ne plaît guère au secteur électrique. Encore en discussion, le texte pourrait obliger les électriciens à passer par une sorte de chambre de compensation (comme cela se passe pour le secteur bancaire) pour pouvoir vendre ou acheter l’électricité, dans le cadre de contrat OTC (de gré à gré).
 
Cette disposition, si elle était votée, aurait deux conséquences directes. D’une part, elle obligerait les compagnies électriques à fournir plus d’informations sur leurs contrats OTC, aujourd’hui très opaques. D’autre part, elles seraient obligées d’immobiliser une petite part de leur trésorerie pour garantir, en quelque sorte, les échanges.
 
Selon des calculs réalisés par Bloomberg, le montant de ces garanties pourrait atteindre la modique somme de 69 Md€. Dans l’Union européenne, 73% des ventes d’électricité sont réalisées dans le cadre de contrat OTC.
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus