Un nouveau plan de prévention du bruit à Paris

Le 10 mars 2015 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Cartographie du bruit routier à Paris en 2015
Cartographie du bruit routier à Paris en 2015

Le plan de prévention du bruit dans l’environnement (PPBE) pour la période 2015-2020 sera soumis au vote du prochain conseil de Paris, les 16 et 17 mars prochains.

 

Stress, troubles du sommeil, hypertension, maladies cardiovasculaires… Les dommages sanitaires du bruit sont prouvés. Selon l’Agence européenne de l’environnement, les nuisances sonores causent 10.000 morts prématurées chaque année et 125 millions d’Européens sont exposés à un niveau dépassant la recommandation de l’Organisation mondiale de la santé (55 dB en Lden[1]).

Selon la ville de Paris, qui avait établi un premier plan de lutte en février 2006[2], 11% de la population est exposée à un niveau sonore beaucoup trop élevé, dépassant 68 dB (Lden). «Ces nuisances touchent surtout les personnes résidant autour du périphérique et des grands axes routiers», explique au JDLE Celia Blauel, maire adjointe en charge de l’environnement. «Autant d’habitants frappés d’une double peine puisqu’il sont aussi exposés à la pollution atmosphérique issue du trafic routier.» Mais si l’on se base sur la recommandation de l’OMS, ce sont 516.380 Parisiens qui sont exposés, soit un quart de la population.

 

Deux nouvelles stations de mesure du bruit

Le premier plan de lutte anti-bruit a-t-il porté quelques fruits? «Difficile de savoir étant donné que les outils méthodologiques de mesure du bruit ont changé», note l’élue. Mieux connaître les nuisances sonores représente d’ailleurs le premier objectif du nouveau PPBE, avec une hausse de 6 à 8 stations de mesure gérées dans la capitale par Bruitparif.

 

Vitesse réduite, périphérique couvert

Le deuxième objectif vise à lancer des campagnes de sensibilisation autour des gestes citoyens, comme éviter d’avoir le klaxon facile... Enfin et surtout, la mairie veut réduire les nuisances issues du trafic routier en réduisant la vitesse des véhicules (30 km/h en 2020 dans Paris selon le plan contre la pollution atmosphérique) et en équipant le périphérique de revêtements anti-bruit. Sa couverture, représentant 10% du boulevard circulaire, devra grimper à 30% en 2020, grâce à un investissement de 5 millions d’euros.

Ce plan de prévention sera mis en consultation publique pendant deux mois à l’issue de son adoption par le conseil de Paris. Il devrait être définitivement adopté en septembre prochain.

 

 



[1] Indicateur de bruit associé à la gêne sur toute une journée

[2] Ces plans de prévention sont obligatoires dans les agglomérations de plus de 100.000 habitants selon la directive européenne de 2002

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus