Un nouveau contrat de transition écologique signé dans le Gard

Le 10 décembre 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Le site de l'ancienne centrale thermique d'Aramon, fermée en 2016, va accueillir un pôle dédié aux cleantech
Le site de l'ancienne centrale thermique d'Aramon, fermée en 2016, va accueillir un pôle dédié aux cleantech

Le troisième contrat de transition écologique (CTE) a été officiellement signé, le 6 décembre, par la secrétaire d’Etat Emmanuelle Wargon, avec la Cleantech Vallée du Gard.

Et de trois. Après Arras (Pas-de-Calais) et le Sambre-Avesnois (Nord), c’est au tour de la Cleantech Vallée (Gard) d’entamer sa transition écologique. Le contrat a été signé pour 4 ans avec la communauté de communes du Pont du Gard et la communauté d’agglomération du Gard rhodanien. Objectif: transformer le site de l’ancienne centrale thermique d’Aramon, fermée en avril 2016, en un pôle d’écologie industrielle basé sur les ‘cleantech’: développement des énergies renouvelables, réhabilitation de friches et de sites industriels, traitement et valorisation des matériaux issus du démantèlement des installations nucléaires (avec le centre du CEA[1] de Marcoule), reconversion du site Arcelor de Laudun l’Ardoise en plateforme logistique multimodale (ferroviaire et routier).

Le coût de ce programme, qui s’élève à 208 millions d’euros, est financé par l’Etat à hauteur de 1,7 M€ et par la région pour 1 M€. La Cleantech Vallée bénéficie par ailleurs d’un accompagnement de l’Ademe dans le cadre d’un contrat d’objectifs territorial annexé au CTE.

 



[1] Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus