Un métal toxique dans les bouteilles d’eau

Le 16 mars 2006 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Selon des chercheurs de l’université d’Heidelberg (Allemagne), les bouteilles d’eau en polyéthylène téréphtalate (PET) contiennent des traces d’antimoine (Sb), une substance toxique. Les scientifiques allemands ont étudié 15 marques canadiennes d’eau vendue en bouteille de PET, et 48 marques européennes. Pour comparaison, ils ont aussi mesuré la teneur en antimoine d’une eau provenant d’une nappe phréatique canadienne, 3 marques d’eau déionisée conditionnée dans des bouteilles en PET et une marque d’eau canadienne emballée dans du polypropylène. L’antimoine a été détecté à hauteur de centaines de parties par trillion (ppt), soit beaucoup plus que pour les autres types d’eau, et notamment l’eau provenant de la bouteille en polypropylène. Ce qui a confirmé l’hypothèse de l’équipe universitaire: le métal toxique provient du PET, dont un de ses composés, le trioxyde de diantimoine, est utilisé dans la fabrication de ce type de plastique. D’ailleurs, les chercheurs ont poussé leur expérience jusqu’à mesurer le taux d’antimoine dans une eau habituellement conditionnée dans du PET, avant son emballage. Là encore, l’eau avait une teneur beaucoup plus faible qu’après cette étape industrielle: 4 ppt, contre 360 ppt juste après le conditionnement, et 630 ppt 3 mois plus tard. La teneur en antimoine reste bien inférieure aux recommandations, mais sa consommation continue peut devenir gênante. D’autant plus, note William Shotyk, qu’«au Japon, le PET est fabriqué avec du titane (Ti), un élément insoluble et sans danger, contrairement à l’antimoine.»


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus