Un Livre vert sur l'efficacité énergétique le 15 juin

Le 10 juin 2005 par Enerpresse
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le commissaire européen à l'Énergie, Andris Piebalgs, va bientôt (enfin!) connaître son baptême du feu.

Après plus de 6 mois de travail, il sortira le 15 juin son «Livre vert sur l'efficacité énergétique ou Comment consommer mieux avec moins», peu après la publication discrète du bilan du Livre Vert sur la sécurité d'approvisionnement énergétique de Loyola de Palacio en 2000.

Belle coïncidence, car la Commission européenne s'attaque cette fois-ci en profondeur au sujet de l'efficacité énergétique, dans tous ses aspects. Le but affiché est d'économiser environ 20% de la consommation annuelle d'énergie à l'horizon 2020, soit une valeur à 60 milliards d'euros ou le quart de la facture actuelle des importations d'énergie de l'Union. Si cet objectif était atteint, la consommation énergétique en 2020 serait ramenée au niveau de 1990.

L'application rigoureuse de la législation européenne actuelle permettrait de faire la moitié du chemin. Pour le reste, A. Piebalgs pose une vingtaine de questions qui contiennent déjà les réponses qu'il entend apporter lors de son mandat. Il veut faire le bilan des actions volontaires, afin de proposer une législation le cas échéant. Il veut également mettre à contribution les autorités publiques pour atteindre plus vite une masse critique dans le marché des produits énergétiquement efficaces.

Pour ce qui est du financement, il entend réformer les circuits, le régime des aides d'État, la fiscalité «verte», voire créer des fonds nationaux idoines. Il veut aussi s'attaquer au tabou du secteur des transports: voitures propres, intermodalité, péages urbains, certification, fiscalité du kérosène et des carburants marins, et même les comportements des consommateurs. Et il ne manque pas d'arguments : non seulement des économies en espèces sonnantes et trébuchantes, mais aussi de l'emploi, du savoir-faire à exporter (vers la Chine qui en a grand besoin, notamment), moins de pollution, moins de dépendance. Le débat s'achèvera à la fin de l'année avec un «Plan d'Action» à la clé. Toutes ces mesures sont si nécessaires, si évidentes, qu'on pourra un jour mesurer la différence entre les fruits de la réflexion d'un commissaire européen nommé et la réalité de leur mise en oeuvre par des élus au niveau national.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus