Un guide définit les bonnes pratiques de l’éco-étiquetage

Le 01 août 2008 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Un nombre croissant d'enseignes, notamment de la grande distribution alimentaire, recourent à un étiquetage spécifique destiné à informer les consommateurs de l'impact environnemental des produits qu'ils achètent. Au risque de plonger le consommateur dans une certaine perplexité, car les initiatives en la matière n'étant quasiment pas coordonnées, elles rendent incomparables les différents produits.

L'agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) a annoncé lundi 28 juillet la publication d'un guide, disponible le 30 juillet, réalisé avec l'Association française de normalisation (Afnor) qui définit les bonnes pratiques en matière d'étiquetage «environnemental».

Selon les deux organisations, l'affichage doit recenser les impacts en termes de cycle de vie du produit en matière d'extraction des matières premières, de transformation, de distribution, d'utilisation et de fin de vie.

L'impact environnemental devrait être détaillé sur un autre affichage spécifique et comporter plusieurs indicateurs: effet de serre, consommation d'eau, toxicité, atteinte à la biodiversité.

Les méthodes de calcul devront être identiques et seront sans doute définies à partir de la rentrée.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus