Un Grenelle à 440 milliards d’euros et 535.000 emplois

Le 12 novembre 2008 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L’étude d’impact du Grenelle de l’environnement a été dévoilée jeudi 6 novembre lors de la réunion du comité de suivi des Etats généraux de l’environnement. Elle était notamment attendue par les syndicats depuis les conclusions du Grenelle, puis par les députés avant l’examen du projet de loi Grenelle I.
L’étude a pour fonction d’évaluer les coûts et bénéfices directs économiques, sociaux et environnementaux de la mise en œuvre des 268 mesures du Grenelle. 535.000 emplois devraient être maintenus ou créés d’ici 2020, à condition que 440 milliards d’euros soient investis.
Le bâtiment se taille la part du lion, et devrait obtenir 205 milliards d’euros d’investissement, dont 192 milliards d’euros dédiés à la rénovation thermique. Dans ce secteur, 235.000 emplois seront maintenus ou créés.
Le transport devrait bénéficier de 97 milliards d’euros, soit 80.000 emplois.
Les énergies renouvelables mobiliseront 115 milliards d’euros, et permettront de générer 220.000 emplois.
L’étude d’impact estime que les coûts seront compensés pour partie par les économies d’énergie réalisées: soit 43 milliards d’euros d’économies avec un baril de pétrole à 55 euros et 100 milliards pour un baril à 80 euros pour la période 2009-2013.
23,2 milliards d’euros seront affectés à la protection de la biodiversité, comme la création des trames verte et bleue et l’acquisition de 20.000 hectares de zones humides.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus