Un fonds d’urgence pour la rénovation énergétique

Le 22 avril 2020 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Les petites entreprises de la rénovation du bâtiment sont en danger.
Les petites entreprises de la rénovation du bâtiment sont en danger.
DR

Une quinzaine d'organisations professionnelles du bâtiment et de l’énergie veulent soutenir les TPE et les PME du secteur de la rénovation thermique.

 

La rénovation énergétique est en danger. Et pour sauver ce pan essentiel de la transition énergétique, menacé par un arrêt prolongé des chantiers, une quinzaine de fédérations des métiers du bâtiment et d’association de fournisseurs d’énergie publient, ce mercredi 22 avril, une lettre ouverte au Premier ministre.

Dans ce courrier, les signataires proposent de créer un fonds d’urgence destiné à soutenir les TPE et les PME actives dans les domaines de la rénovation énergétique du bâtiment. 

soutien contre CEE

«L'ampleur de la crise actuelle appelle à mettre en place en urgence un dispositif de soutien massif auprès des TPE et PME de cette filière, qui sont un maillon essentiel du dispositif des certificats d'économies d'énergie (CEE) et plus largement de la rénovation énergétique du pays», indiquent les signataires.

Géré par les pouvoirs publics, ce fonds serait alimenté par des contributions financières de fournisseurs d'énergie volontaires. En contrepartie, ces entreprises obtiendraient des CEE.

Pour elles, il s'agit d'«assurer la survie d'entreprises en difficulté et de relancer au plus vite la dynamique de travaux de rénovation énergétique». «En ciblant l'utilisation de ce fonds vers les TPE/PME présentant des garanties suffisantes quant au respect des règles, il appuierait la réforme en cours du dispositif des CEE notamment pour lutter contre la fraude», notent-ils.

tout le monde s'y retrouve
En outre, «grâce à la délivrance de CEE, la tension potentielle sur leur prix, inéluctable avec l'arrêt de la production pendant la crise, s'atténuerait», «évitant une flambée de la facture des clients», arguent-ils. C’est aussi pour les énergéticiens promoteurs du projet, une bonne façon d’engranger des CEE à moindre coût.

 Outre l'UFE, les principales fédérations de l'énergie (Afieg, Ufip, FFPI, Fedene, Anode, Afieg...) et du bâtiment (FFB, CAPEB) portent cette initiative.

 Introduit en 2006, le dispositif des CEE oblige les fournisseurs d'énergie assujettis à financer des actions d'économies d'énergie (rénovation thermique des bâtiments, changement de chaudières, isolation, etc.), sous peine de pénalités.