Un embargo sur les crevettes mexicaines pour sauver le Marsouin du Pacifique

Le 30 juillet 2018 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Le Marsouin du Pacifique est le mammifère marin le plus menacé au monde
Le Marsouin du Pacifique est le mammifère marin le plus menacé au monde

L’administration fédérale américaine est contrainte, par un jugement de la Cour du commerce international, d’interdire l’importation de tout produit de la mer d’origine mexicaine, pêché avec des filets maillants. Une mesure prise pour éviter l’extinction définitive du Marsouin du Pacifique (Phocoena sinus).

 

Il ne reste plus que 30 marsouins du Pacifique –aussi appelés «vaquita»–, selon une étude publiée en 2017 dans la revue Science. Ce qui en fait le mammifère marin le plus menacé au monde. Si cette espèce est en train de disparaître, c’est à cause des filets maillants des pêcheurs opérant dans le golfe de Californie, au Mexique.

 

Au nom du Marine Mammal Protection Act

Cette situation critique a poussé trois associations de défense de l’environnement[1] à intenter un procès, en mars dernier, contre le gouvernement fédéral. Ils se sont référés au Marine Mammal Protection Act obligeant les Etats-Unis à protéger non seulement les mammifères domestiques mais aussi les baleines, dauphins et marsouins.

 

En provenance du nord du golfe de Californie

Et ils ont eu gain de cause. L’interdiction d’importation prononcée par la Cour américaine s’applique à tous les produits issus de la pêche commerciale mexicaine utilisant des filets maillants dans l’aire de répartition du Marsouin du Pacifique, réduite au nord du golfe de Californie. Il s’agit surtout de pêcheurs de crevette, maigre, thazard sierra et chano. «L’extinction du Marsouin du Pacifique est inévitable, à moins que les filets maillants ne soient totalement retirés de leur habitat», ont conclu les juges, qui ont rappelé que le nombre de décès fixé par le Marine Mammal Protection Act avait été dépassé. Ce qui leur permet de prendre des sanctions commerciales.

«Ces sanctions économiques sont douloureuses mais nécessaires pour pousser les responsables mexicains à protéger ces petits marsouins», a expliqué Sarah Uhlemann, directrice du programme international du CBD. «Pendant 20 ans, le gouvernement mexicain a promis qu’il allait agir pour sauver la vaquita, mais il n’a toujours pas pris de mesures significatives», poursuit-elle.

 

Manque à gagner de 16 millions de dollars par an

En 2017, plus de 1.400 tonnes de poissons et crevettes pêchés au filet maillant ont été vendus sur les étals américains, pour un total de 16 millions de dollars (13,7 M€). La disparition de cette manne représente la dernière chance de sauver la vaquita.

 



[1] Natural Resources Defense Council (NRDC), Animal welfare institute (AWI), et Center for biological diversity (CBD)

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus