Un éco-organisme en lice pour les déchets médicaux

Le 23 février 2012 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
L'éco-organisme pourrait être agréé dans les prochaines semaines
L'éco-organisme pourrait être agréé dans les prochaines semaines

L’association Dastri, créée le 8 février 2012, va poser sa candidature pour devenir l’éco-organisme agréé de la nouvelle filière des déchets d’activité de soins à risques infectieux (Dasri) produits par les patients en auto-traitement.

Le temps presse car la filière accuse du retard. L’entrée en vigueur du dispositif était en effet prévue au 1er novembre 2011. Mais la création de l’éco-organisme a rencontré plusieurs blocages et en particulier un désaccord sur le financement entre les metteurs sur le marché, qui proviennent d’univers différents: d’un côté, l’industrie du médicament, de l’autre les fabricants de dispositifs médicaux. L’association Amorce avait d’ailleurs tiré le signal d’alarme en décembre dernier et menacé de retirer les collectes mises en place par les collectivités en l’absence d’avancée du dispositif (voir JDLE).

Aujourd’hui, la jeune association Dastri rassemble précisément trois collèges de producteurs, à savoir les fabricants de médicaments, de dispositifs médicaux et de dispositifs de diagnostic in vitro. «Nous regroupons déjà 33 membres et nous estimons le coût de la filière à 8,5 millions d’euros», précise Bernard Marie, son président. Il espère pouvoir soumettre le dossier d’agrément à la fin du mois, ou au plus tard début mars.

L’objectif est de collecter, dans les 6 prochaines années, au moins 60% des déchets perforants et piquants produits par les patients en auto-traitement (environ 360 tonnes par an). Pour cela, 5.000 points de collecte vont être répartis sur le territoire, au rythme d’un point au minimum tous les 15 kilomètres et tous les 50.000 habitants.

Cette nouvelle filière à responsabilité élargie du producteur (REP) n’a pas pour but de favoriser le recyclage des produits mais bien de réduire les risques sanitaires des déchets produits. Les seringues, lancettes, et guides de cathéter peuvent occasionner des coupures, des piqûres ou des transmissions de germes.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus