Un député républicain rêve d’un tribunal climatique international à Paris

Le 10 juillet 2019 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Guillaume Peltier est député LR du Loir-et-Cher
Guillaume Peltier est député LR du Loir-et-Cher

Lui président, le député Guillaume Peltier, vice-président des Républicains, créerait un tribunal climatique international. Une institution impossible à créer de façon unilatérale.

Si l’ancien professeur d’histoire géographie veut «défendre une écologie vertueuse et positive pour les citoyens et punitive à l’endroit de ceux qui sont incapables de respecter les critères», il devrait réfléchir à deux fois avant d’avancer une solution.

Sanctionner Etats et entreprises

Sa proposition, faite le 9 juillet à l’antenne de Public Sénat, de créer un tribunal climatique international à Paris, «pour sanctionner les multinationales et les Etats qui ne respectent rien des accords de Paris et de Kyoto», ne relève aucunement de la compétence d’un homme politique français, même Président de la République.

Négociations onusiennes

Pour instaurer une telle juridiction, il faudrait lancer des négociations onusiennes dans le cadre de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, par exemple, ou réformer la Cour pénale internationale. L’échec récent du groupe de travail onusien autour d’un Pacte mondial pour l’environnement montre les chances de réussite d’un tel projet.

Au passage, Guillaume Peltier doit dire, «dans les heures qui viennent», s’il est candidat à la présidence du parti Les Républicains.

 



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus