Un défenseur de l'environnement tué au Cambodge

Le 27 avril 2012 par Geneviève De Lacour
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Chut Wutty se battait contre les coupes illégales de bois au Cambodge
Chut Wutty se battait contre les coupes illégales de bois au Cambodge

Chut Wutty, président du «Natural Resource Protection Group», une association pour la protection des ressources naturelles au Cambodge, a été abattu jeudi 26 avril. Ce défenseur de l’environnement était connu pour être l'une des voix les plus virulentes contre la destruction de l'environnement au Cambodge et notamment les coupes de bois illégales.

Militant de premier plan au Cambodge, il accompagnait deux journalistes (cambodgienne et ukrainienne) dans la province de Koh Kong, dans les forêts protégées du sud-ouest du pays. Il collectait des preuves sur l'exploitation forestière illégale.

«Des gendarmes l'ont interpellé au nom d'une société forestière, le sommant d'arrêter de prendre des photos d'arbres abattus», a précisé Kheng Tito, porte-parole de la gendarmerie. Alors que Chut Wutty tentait de remonter à bord de sa voiture, les gendarmes auraient ouvert le feu, l'un d'eux trouvant également la mort, atteint par une balle ayant ricoché. Les deux journalistes, qui travaillent pour le journal Cambodia Daily, ont été arrêtés.

Chut Wutty avait déjà eu maille à partir avec la police après avoir dénoncé la collusion entre les autorités et des sociétés exploitant des forêts.
Le chef de la police militaire de la province de Koh Kong, Thong Narong, a précisé que les détails sur l'accident étaient pour l'instant insuffisants pour savoir pourquoi l'altercation avait dégénéré et si les deux parties avaient tiré. Une source de la police militaire a précisé que l'affrontement aurait pu commencer lorsque que l'officier avait voulu confisquer la carte-mémoire d'un appareil photo.

«Wutty était un militant de longue date sur les questions forestières (...) C'était un homme très courageux», a commenté Ou Virak, président du Centre cambodgien pour les droits de l'Homme.

Les litiges fonciers, les expulsions forcées et les manifestations contre l'exploitation forestière illégale, en augmentation ces dernières années au Cambodge, conduisent à de plus en plus de violence, mais les décès sont rares.

Les militants de défense de l'environnement et des droits de l'Homme accusent le gouvernement de vendre les terres au plus offrant, souvent sous la forme de concessions accordées à des entreprises privées.

Selon Global Witness, une association britannique condamnant l'exploitation des ressources naturelles, le Cambodge a perdu 29% de sa forêt primaire entre 2000 et 2005 et se place en troisième position pour son taux de déforestation, l'un des plus rapides au monde.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus