Un deal intercontinental sur les gaz à effet de serre

Le 31 août 2006 par Agnès Ginestet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Des entreprises européennes et asiatiques, les fonds carbone danois et italiens, parmi d'autres, s'apprêtent à verser un total de 1,02 milliard de dollars américains à deux sociétés chimiques chinoises. Celles-ci seront chargées de brûler leurs émissions d'hydrofluorocarbures 23 (HFC 23), un gaz à effet de serre (GES) beaucoup plus puissant que le CO2 produit lors de la fabrication de fluides frigorifiques. Dans le cadre des mécanismes de développement propre (MDP), les pays «industrialisés» sont en effet autorisés à investir dans les pays en voie de développement pour limiter leurs émissions de GES.

C'est la Banque mondiale qui a réuni le 29 août tous les participants au projet. Le contrat vise à une diminution d'environ 19 millions de tonnes d'équivalent CO2 par an, et la technologie permettant de brûler et de détruire les HFC 23 pourrait rapidement être mise en place. Le gouvernement chinois récupèrera 65% de l'argent investi dans ce contrat à travers les taxes versées par les deux entreprises. La Chine étant le deuxième producteur de gaz à effet de serre au monde, le gouvernement les utilisera pour réduire ses rejets et élargir l'utilisation des énergies renouvelables. Ce pays «en voie de développement» n'a pas d'obligation de réduire ses émissions de GES durant la première période du protocole de Kyoto entre 2008 et 2012.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus