Un compromis favorable aux pêcheurs

Le 22 décembre 2005 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Au terme du désormais traditionnel rendez-vous des ministres européens chargés de la pêche pour allouer les quotas de l'année 2006, les pêcheurs français tirent leur épingle du jeu dans ce nouveau compromis.

Le Conseil des ministres européens chargés de la pêche se sont mis d'accord ce matin sur les totaux admissibles de captures (TAC) et les quotas de pêche pour l'année 2006 avec des résultats plutôt favorables aux pêcheurs français, et ce malgré les avertissements des scientifiques sur la baisse des ressources. Dans le golfe de Gascogne, les marins pourront pêcher 500 tonnes d'anchois, soit autant que les Espagnols, un minimum qui devrait permettre la survie de la filière. Des ajustements pourraient cependant être réalisés suite aux avis scientifiques du printemps 2006. Le Conseil a aussi statué sur la baisse de TAC notamment du cabillaud, du merlan et de la sole mais les réductions ont été atténuées et ne dépassent pas 15%. Sur les poissons de grand fond, une baisse de la pêche de poissons comme le grenadier, l'empereur ou le sabre a été revue pour atteindre 10% au lieu des 20% proposés par la Commission européenne. Une analyse approfondie de la ressource de ce type de poisson devrait être réalisée en 2006.

La pêche de cabillaud ne sera pas non plus interdite dans la mer du Nord ou sur le littoral occidental de l'Ecosse malgré les conseils des experts, les ministres sont simplement parvenus à obtenir une réduction de 15%. La Commission est néanmoins parvenue à faire passer sa proposition de réduire de 2 jours de pêche les navires qui travaillent dans les eaux concernées par le plan de reconstitution du cabillaud, et qui prennent parfois accidentellement ce poisson dans leurs filets. Toutefois, le Conseil a accepté que des dérogations soient accordées à ces bateaux après examen par la Commission de données scientifiques produites par la France et montrant que les taux de capture accidentelle du cabillaud sont quasi-nuls. Au ministère, on espère que ces dérogations seront obtenues en janvier 2006. A noter tout de même que des TAC ont été augmentés face à la reconstitution des stocks de langoustine dans le golfe de Gascogne, mais aussi de baudroie, de merlu et de maquereau. L'ensemble des pays de l'Union européenne a approuvé cet accord à l'exception de la Suède qui s'est abstenue. Et ce au grand dam des organisations non gouvernementales (ONG), qui comme WWF a déjà fait entendre ses critiques.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus