Un composé du vin rouge bénéfique contre l’obésité

Le 09 novembre 2011 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le resvératrol, molécule présente dans le vin rouge, vient d’obtenir de premiers résultats positifs chez l’homme, avec une amélioration du profil métabolique chez des hommes obèses.
 
Présent dans les mûres, les cacahuètes, la peau du raisin et dans le vin rouge, le resvératrol a été identifié en 2003 comme activateur de SIRT1, une enzyme d’action protectrice contre les maladies métaboliques liées à l’âge, dont le diabète et le cancer.
Après des résultats positifs sur des cellules en culture et chez la souris, le resvératrol vient de franchir une nouvelle étape avec l’étude publiée dans la revue Cell Metabolism par l’équipe de Patrick Schrauwen, du centre médico-universitaire de Maastricht (Pays-Bas).
Son principe: administrer à 11 hommes obèses soit du resvératrol (150 milligrammes par jour) soit son placebo pendant 30 jours, puis analyser divers marqueurs métaboliques. Sans que les participants ni même les chercheurs ne sachent qui prenait quoi, jusqu’à
l’analyse des résultats.
 
Résultats modestes mais statistiquement significatifs: le taux sanguin de glucose (glycémie) a diminué de 4,2% sous resvératrol par rapport au placebo, le taux d’insuline (insulinémie) de 13,7% tandis que le score Homa (qui mesure l’intolérance au glucose, caractéristique du diabète) a baissé de 13,2%.
 
Mêmes bienfaits du point de vue cardiovasculaire, avec une baisse de la pression artérielle, et au niveau des lipides, particulièrement des triglycérides. Les chercheurs ont aussi noté une moindre accumulation de graisses dans le foie, ainsi qu’une baisse d’environ 4% du métabolisme de base [1].
 
Selon les auteurs, il s’agit désormais de confirmer ces résultats par des études à plus long terme. Ce qui permettrait peut-être d’observer une baisse de poids chez les personnes sous resvératrol, un effet qui n’est pas apparu lors de cette étude, probablement en raison de sa trop courte durée.
 
Le resvératrol est développé par la société néerlandaise DSM, l’un des leaders mondiaux des compléments alimentaires, notamment de vitamines. Fin 2010, le laboratoire pharmaceutique britannique GlaxoSmithKline avait renoncé à l’évaluer plus avant contre le myélome multiple, un type de cancer sanguin, suite à des résultats décevants.
 
[1] Le métabolisme de base correspond à la dépense d’énergie minimale nécessaire à l’individu pour se maintenir en vie, c’est-à-dire pour assurer les fonctions vitales (respiration, digestion, circulation sanguine, etc.) au repos.
 


Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus