Un comité des forges environnemental?

Le 30 mars 2018 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Pour Nicolas Hulot, aucun scénario n'est définitif.
Pour Nicolas Hulot, aucun scénario n'est définitif.
VLDT

 

Une douzaine de patrons, deux scientifiques et un député européen vont alimenter l’Hôtel de Roquelaure en idées pour faciliter la mise en œuvre du plan Climat.

L’intégration des entreprises aux politiques environnementales est décidément à la mode. Après avoir fait phosphoré deux entrepreneurs sur le nouveau statut de l’entreprise, le gouvernement en convoque une douzaine[1] pour favoriser la transition écologique.

stimuler les réflexions du ministère

Ce vendredi 30 mars, Nicolas Hulot a ainsi installé le comité de l’accélérateur de la transition écologique (Acte), aréopage chargé «d’accompagner et de stimuler les réflexions du ministère de la transition écologique pour la mise en œuvre de l’ensemble des mesures du plan Climat».

Présidé par Jean-Dominique Sénart, président de Michelin, ledit comité devra alimenter la réflexion gouvernementale en bonnes idées de terrain sur l’innovation, la formation des nouvelles compétences (mission confiée à l’ancienne patronne du Medef, Laurence Parisot), l’investissement, la fiscalité environnementale (mais si!), les apports du numérique, l’énergie et la mobilité. Ce dernier enjeu, à forte résonnance économique, sociale et environnementale, explique sans doute la présence de deux experts venus de la firme au Bibendum.

un sénario n'est jamais définitif

Jusque là, tout va bien. Les équipes gouvernementales ont toujours trouvé le temps pour créer des comités Théodule dont on oublie assez rapidement les rapports. Ce qui étonne avec l’Acte, c’est qu’il pourra intervenir (sans qu’on en sache encore les conditions) après la publication d’une politique publique. «Un scénario n’est jamais définitif», a confirmé le ministre de la transition écologique et solidaire.

Le comité doit se réunir tous les deux mois. La date de la fin de sa mission n’est pas connue.



[1] accompagnés de deux scientifiques de renom (l’océanographe Françoise Gaill et l’agronome Marion Guillou) et du député européen Claude Turmès

 



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus