- 

Un chantier de couverture phonique enfin achevé

Le 29 mai 2006 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Le 24 mai, a eu lieu l’inauguration de l’achèvement des travaux de protection phonique des voies de la ligne A du RER entre Saint-Mandé, Vincennes et Fontenay-sous-Bois.

Anne-Marie Idrac, PDG de la RATP, Patrick Beaudouin, député-maire de Saint-Mandé, Christian Favier, président du conseil général du Val-de-Marne, Jean-Paul Huchon, président du conseil régional d'Ile-de-France et président du Syndicat des transports d'Ile-de-France (Stif), Laurent Lafon, maire de Vincennes, et Jean-François Voguet, sénateur-maire de Fontenay-sous-Bois, étaient présents. Il faut dire que l'événement était de taille: un chantier qui permet de lutter contre les nuisances sonores des transports ferroviaires s'est enfin terminé. Ce processus s'avère long et cher, ce qui freine considérablement la mise en oeuvre des projets.

Dans le cas présent, les travaux se sont élevés à 21 millions d'euros et ont duré deux ans. L'opération de protection phonique des voies de la ligne A concerne une surface de 4.000 mètres carrés, là où les aiguillages de voies principales généraient le plus de bruit (75 décibels) pour les immeubles riverains, c'est-à-dire sur 4 tronçons d'environ 100 mètres situés sur les communes de Saint-Mandé, Vincennes et Fontenay-sous-bois. Ces travaux ont dû être réalisés sans interrompre le trafic de la ligne, et ils ne représentent que la première phase, la seconde étant prévue pour la couverture partielle du RER A sur ces trois mêmes communes. Un bilan d'études de faisabilité devrait être prochainement réalisé.

L'Ile-de-France, particulièrement touchée par les nuisances sonores, est l'une des régions les plus en pointe dans la lutte contre le bruit ferroviaire, grâce au soutien du conseil régional qui, dans le cadre du contrat de plan 2000-2006, s'est engagé à hauteur de 43 millions d'euros pour financer les protections phoniques. Le quart a été consacré aux travaux du RER A. Mais ce ne sont pas moins de 200 communes franciliennes qui présentent des niveaux de bruit ferroviaire justifiant des mesures de protection. A l'heure actuelle, 34 sites font l'objet d'études acoustiques cofinancées par le conseil régional et le maître d'ouvrage Réseau ferré de France (RFF). «Certaines sont au stade des avant-projets et pourraient déboucher prochainement sur des travaux», précise un communiqué du conseil.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus