Un antibiotique naturel contre les salmonelles

Le 06 juillet 2011 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une équipe britannique est parvenue à réduire la présence de salmonelles chez des poulets en leur faisant ingérer une bactérie active contre ces pathogènes, lors de travaux publiés dans la revue Applied and Environmental Microbiology.
 
Découverte dans le sol il y a une cinquantaine d’années, Bdellovibrio bacteriovorus («mangeuse de bactéries») est active contre des bactéries plus grosses qu’elle (salmonelles, Escherichia coli), qu’elle pénètre et dévore de l’intérieur. Or cette action n’avait jusqu’alors été observée qu’in vitro, jamais chez des animaux porteurs de salmonelles.
 
C’est ce pas que vient de franchir l’équipe d’Elizabeth Sockett, du Centre for Genetics and Genomics de Nottingham (Royaume-Uni). Un résultat qui ouvre la voie à un «antibiotique vivant», utile aussi bien chez l’animal que chez l’homme. Et sans le risque d’antibiorésistance soulevé par les médicaments traditionnels.
 
Les chercheurs ont fait ingérer à des poulets une dose unique de B. bacteriovorus. Premier constat: les animaux traités ne se portaient pas plus mal que ceux ayant pris un placebo. La bactérie, dont la température optimale est de 29°C, n’était retrouvée ni dans les excréments ni dans les cages, suggérant une élimination rapide à 42°C, température interne du poulet.
 
Les chercheurs ont ensuite traité des animaux au préalable infectés avec des salmonelles de type Enteridis, parmi les plus fréquentes lors d’intoxications alimentaires chez l’homme. Résultat: une baisse modérée, mais significative, du taux de salmonelles chez les animaux traités par B. bacteriovorus.
 
Selon les chercheurs, la technique doit être optimisée. Probablement en recourant à plusieurs doses orales, et non une seule. Mais aussi en utilisant d’autres souches de Bdellovibrio, notamment celles identifiées dans la flore intestinale, moins sensibles aux températures corporelles.


Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus