Un ancien site industriel de Béghin se met au vert

Le 08 juillet 2005 par Charlotte Monégier
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
mouette rieuse
mouette rieuse

En juin 2001, le département du Nord a racheté l'ancien site industriel de la sucrerie Béghin Say, situé à Thumeries près de Lille, pour y aménager un site ornithologique. Il ouvrira ses portes le 15 juillet prochain.

A la fin des années 1970, la sucrerie Béghin Say crée son premier bassin de décantation à Thumeries (Nord). Pendant plus de 20 ans, ce site industriel est consacré à l'activité de conditionnement du sucre. Mais la société industrielle décide finalement de vendre son terrain. Le conseil général du Nord s'en porte acquéreur en juin 2001, afin de créer le site ornithologique départemental des Cinq tailles. Les oiseaux sont la raison principale de cette transaction: depuis longtemps déjà, ils y ont d'eux-mêmes élu domicile. Les espèces sédentaires y ont niché, trouvant là un habitat naturel adapté à leurs besoins, tandis que les migrateurs y passent régulièrement en période d'hivernage, de migration prénuptiale et postnuptiale. Des circonstances idéales pour développer un projet de site ornithologique. De plus, le Nord ne regroupe que 8% des espaces boisés de France. Ce rachat est donc l'occasion pour le département d'appuyer sa politique en faveur des Espaces naturels sensibles. C'est un pari réussi puisque ce site s'étend aujourd'hui sur 90 hectares de bois et 30 hectares de zones humides, permettant ainsi à plus de 220 espèces d'oiseaux de vivre de façon protégée. Parmi elles, le grèbe à cou noir, qui niche sur les îlots des bassins de décantation ou encore la buse variable et la mouette rieuse. On y trouve aussi les 4 espèces de tritons existantes, ainsi que quelques espèces florales menacées au niveau régional, comme le maïanthème à deux feuilles.

Pour atteindre son objectif, le Nord a dû procéder à quelques aménagements. A l'origine, la conduite d'évacuation des eaux usées provenant de l'usine Béghin Say était percée, provoquant ainsi une pollution aux hydrocarbures à 2 endroits. Après une étude scientifique réalisée par la société Apinor, le site a été remis en état. Le secteur des anciennes pompes et vannes a également été mis en sécurité lors des travaux d'aménagement. Parallèlement, certains bâtiments industriels ont été conservés, «parce qu'ils pouvaient nous servir dans notre projet», souligne Jean Schepman, vice-président du conseil général du Nord chargé de l'environnement, du cadre de vie, de la politique de préservation de l'eau et de l'agenda 21. Par exemple, «un ancien transformateur électrique est devenu le lieu de reproduction et d'hivernage des chauve-souris et autres chiroptères», explique-t-il. Quatre observatoires ont également été construits pour pouvoir regarder les animaux évoluer dans leur environnement, sans les déranger. Un plan d'aménagement forestier, mis en place conjointement par le conseil et l'Office national des forêts (ONF), a permis de reboiser le site. Pour l'instant, seuls 70% des arbres sont d'essence noble, principalement des chênes et des arbustes. Le reste des bois est composé de peupliers, qui vont peu à peu tomber pour laisser place à une forêt plus variée. En 2008, un million d'arbres est prévu.

Les aménagements effectués touchent parfois l'homme plus directement. «Rendre ce site ornithologique accessible à tous était une condition essentielle pour nous», affirme Jean Schepman. C'est pourquoi les sentiers sont goudronnés, ce qui facilite le déplacement des personnes à faible mobilité. Destinées aux mal-voyants, des pancartes explicatives en noir et blanc, et donc plus contrastées, jalonnent ces chemins,. Et à chaque carrefour, des bornes éco-gravées d'un texte en braille leur expliquent où ils se trouvent, et quelles espèces ils peuvent croiser. La totalité de ce projet a coûté 1.450.000 euros au conseil général, qui ne s'arrêtera pas là. D'autres négociations avec la société Beghin Say ont permis l'acquisition de nouvelles parcelles (environ 18 hectares) pour la réalisation éventuelle d'une Maison de l'oiseau et de la libellule, d'un parking et pour l'augmentation des surfaces boisées ouvertes au public.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus