Un an après: le Partenariat de Marrakech orphelin

Le 06 novembre 2017 par Stéphanie Senet
>  ,
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La Championne marocaine du climat  Hakima El Haïté a été limogée par le roi du Maroc.
La Championne marocaine du climat Hakima El Haïté a été limogée par le roi du Maroc.

La Championne marocaine du climat  Hakima El Haïté a été limogée, le 24 octobre, par le roi Mohammed VI pour des raisons politiques nationales. Elle avait lancé, il y a un an, le Partenariat de Marrakech aux côtés de Laurence Tubiana. Un espace d’échange privilégié entre les Etats et les acteurs non étatiques.

L’action climatique globale vient de perdre l’une de ses voix les plus convaincantes. A 54 ans, l’ancienne secrétaire d’Etat du Maroc en charge de l’environnement a été limogée, le 24 octobre, suite à la publication d’un rapport de la Cour des comptes dénonçant les dysfonctionnements du programme de développement de la région du Rif, qui connaît un soulèvement populaire depuis près d’un an. Cette «purge» royale vise aussi quatre ministres actuels, quatre anciens ministres, ainsi que le directeur général de l’Office national de l’eau et de l’électricité.  

«Un grand rendez-vous»

Cette représentante de l’action climatique globale, aux manettes de la COP22 qui s’est tenue à Marrakech l’an dernier, ne participera donc pas à la COP23. Rencontrée en octobre, elle confiait au JDLE que «contrairement à ce que pensent certains, ce ne sera pas une petite COP mais un grand rendez-vous qui réunira des milliers de personnes. Tant de vies sont sacrifiées à cause du climat, comme on vient de le vivre dans les Caraïbes, aux Etats-Unis, en Asie…».

Partenariat de Marrakech

Nommée Championne du climat en novembre 2016, elle avait lancé le Partenariat de Marrakech aux côtés de Laurence Tubiana, «afin d’accélérer l’action climatique globale entre 2017 et 2020». Celui-ci permet aux acteurs non-étatiques d’informer sur leurs initiatives, au sein de la plateforme d’échange NAZQA[1], qui en recense déjà des milliers provenant des collectivités et des entreprises du monde entier. Il permet aussi de renforcer leurs liens avec les Etats.

Bilan le 14 novembre

Un premier bilan de ces actions sera dressé, le 14 novembre, à l’occasion de la COP23, avec la présentation d’un «Year Book». Ce document recensera les initiatives secteur par secteur, avec leurs réalisations et leurs impacts sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre en 2030 et en 2050.

«Imaginer le monde de demain»

Pour Hakima El Haïté, ce Partenariat devait encore évoluer «vers l’élaboration de critères d’évaluation des initiatives, pour savoir si elles répondent vraiment ou non, à l’objectif de l’Accord de Paris, ainsi qu’à une meilleure prise en compte des contraintes des acteurs non-étatiques par les gouvernements». «Le temps des négociations est terminé. L’important maintenant, ce n’est pas d’intégrer les acteurs non-étatiques aux négociations mais de mettre en œuvre, le plus vite possible, l’Accord de Paris. Il faut imaginer les nouvelles technologies, les nouvelles méthodes de construction, les nouveaux moyens de transport et les nouvelles façons de consommer qui constitueront le monde de demain», expliquait-elle.



[1] Non-state actor zone for climate action)

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus