Un amendement anti-loup rejeté dans la loi d’avenir agricole

Le 14 janvier 2014 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Une meute de loups.
Une meute de loups.
DR

C’est un amendement au projet de loi sur l'avenir de l'agriculture, qui a déjà fini sa course dans les oubliettes de l’Assemblée nationale, mais qui est révélateur de l’état d’esprit qui règne autour de la question du retour et de l’expansion du loup en France. Signé des députés UMP Genevard, Myard, Fort, Hetzel, Duby-Muller, Le Fur, Poletti, Louwagie, Dhuicq, Morel-A-L'Huissier, Gosselin, Voisin, Saddier, Zimmermann et Nicolin, il dispose que «le préfet délivre à l’éleveur concerné, dès la première attaque de loup constatée sur un troupeau, une autorisation de tir de prélèvement valable pour une durée de 6 mois».

 

Une façon d’essayer de contourner les jurisprudences établies par plusieurs associations de protection de la nature, qui ont obtenu l’annulation d’arrêtés préfectoraux autorisant tout chasseur à prélever des loups dans le cadre de battues de gibier. Et une attaque réitérée contre la directive Habitats et la convention de Berne, puisque dans leur exposé des motifs, les députés estiment que «le loup n’est désormais plus menacé d’extinction sur le territoire et étend considérablement ses zones de présence», alors qu’il reste encore strictement protégé. «Les attaques répétées et la pression de prédation importante du loup causent un lourd préjudice économique et psychologique aux éleveurs. Cet amendement vise à permettre aux éleveurs, ayant subi une ou plusieurs attaques de loup sur un troupeau, d’obtenir une autorisation délivrée par le préfet afin d’effectuer directement des tirs de prélèvement.» Un amendement dans le droit fil des récents propos de José Bové, qui déclarait dans un journal suisse vouloir revoir le statut de protection de l’espèce. «Je lance un appel solennel aux ministres de l’écologie et de l’agriculture pour qu’ils entament au plus vite des discussions en ce sens avec la Commission européenne.»

 

L’amendement a reçu un avis négatif du gouvernement et a été rejeté en conséquence.

 

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus