Un afflux de crédits carbone

Le 02 janvier 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

2011 aura été un très bon millésime pour les unités de réduction d’émission certifiée (Urce). Selon les données publiées par le bureau exécutif du Mécanisme de développement propre, pas moins de 320 millions de ces crédits carbone, générés par des projets MDP, ont été émis l’an passé, contre 132 millions en 2010.

 
La raison de ce succès n’est pas environnementale, mais financière. L’année dernière, l’Union européenne a interdit l’utilisation, dans son marché de quotas interne (l’ETS), de crédits issus de projets MDP de neutralisation de HFC 23 et d’oxyde nitreux (N2O), à partir de mai 2013. Très logiquement, les opérateurs vendent donc le maximum de ces Urce en sursit, avant que tombe le couperet.
 
Selon des calculs réalisés par Bloomberg New Energy Finance, les crédits HFC 23 et N2O ont représenté 64% des Urce émises, en 2010, et 84% de celles qui ont été utilisées dans le cadre de l’ETS.
 
Conséquence de cet afflux: un effondrement des prix de ces quotas carbone. En un an, le prix moyen d’une tonne de carbone a dégringolé de 62%, atteignant 3,8 euros, mi-décembre, sur la plate-forme londonienne ICE. De quoi refroidir les investisseurs. Nomisma Energia estime d’ailleurs que l’on ne verra pas plus de 275 millions d’Urce sur les marchés en 2012. Rendez-vous dans un an.
 


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus