UFC-Que Choisir étrille les professionnels de la rénovation énergétique

Le 27 mars 2019 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Quelles sont les fenêtres les plus performantes ?
Quelles sont les fenêtres les plus performantes ?
VLDT

 

L’association appelle les consommateurs à la vigilance et l’administration à plus de sévérité.

 

Les freins à l’engagement de travaux de rénovation des logements sont nombreux et connus. Les aides sont nombreuses et souvent méconnues; leur accès n’est pas toujours aisé; il n’existe pas de guichet unique; elles ne sont pas toujours adaptées aux besoins ni aux ressources des ménages.

On peut ajouter le manque de compétences de certains professionnels. C’est l’accusation portée ce mois-ci par UFC-Que Choisir. Dans le numéro d’avril de son magazine Que Choisir, l’association consumériste étrille certains professionnels.

adhérents incognito

Pour mener son enquête, l’ONG a envoyé, incognito, ses adhérents dans les magasins de bricolage et les foires. Chaque fois, les demandes étaient similaires: comment remplacer des fenêtres peu isolantes et installer des panneaux photovoltaïques pour produire en autoconsommation.

Premier objectif des crypto-limiers: obtenir un devis. Mission difficile, car 58% des vendeurs, révèle le journal, «ont refusé de leur remettre un devis à l’issue de l’entretien». Il est vrai que les propositions orales variaient du simple au quadruple pour les fenêtres et du simple au triple pour les panneaux solaires.

mauvais conseils

Autre déconvenue: les pratiques commerciales. Certains vendeurs sont prêts à tout pour décrocher une commande. Sans visite des logements concernés, un sur six prédit une baisse sensible du montant des factures d’énergie lorsque les travaux seront réalisés. Pas gagné, car une fenêtre proposée sur quatre avait des performances thermiques inférieures à celles de l’étalon administratif. 18% des spécialistes consultés prétendent à tort que certains matériels sont éligibles aux aides de l’Etat. De quoi alourdir le coût final des travaux.

Certains se parent d’oripeaux interdits. «60 stands de photovoltaïque visités se sont prétendus titulaires du label public ‘Reconnu garant de l’environnement’ (RGE) alors qu’il n’en n’était rien.» Rappel: l’accès aux fameuses aides de l’Etat impose de recourir à des professionnels labellisés RGE.

Bref, les consommateurs doivent redoubler de vigilance. Et l’administration devrait revoir les critères d’obtention du label RGE. Il y a trois ans, UFC-Que Choisir alertait déjà sur les performances environnementales nulles des titulaires du label RGE.



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus