UE: le colza transgénique GT 73 en suspens

Le 04 janvier 2005 par Christine Sévillano
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
colza
colza

Le Conseil des ministres de l'environnement n'a pas réussi, le 20 décembre, à se décider clairement en faveur de l'importation et de la transformation du colza transgénique GT 73 produit par Monsanto. Six pays dont la France ont voté pour, treize contre et six autres se sont abstenus. Il appartient donc à la Commission européenne de trancher.

Les ministres de l'Environnement de l'Union européenne (UE) n'ont pas réussi à dégager de majorité qualifiée sur l'importation et la transformation du colza transgénique GT 73, produit par Monsanto, l'entreprise américaine de biotechnologies. La Commission européenne devra donc trancher la question. Beaucoup d'observateurs parient sur un feu vert de Bruxelles étant donné l'avis favorable rendu en février par l'Agence européenne de sécurité des aliments (AESA). L'organisation scientifique a en effet conclu à l'inocuité de cet organisme génétiquement modifié (OGM) au même titre que le colza traditionnel. Il n'altèrera pas la santé des animaux et des êtres humains en cas de mise sur le marché. Le colza GT 73 dispose d'une protéine supplémentaire qui lui confère un degré de tolérance face au glyphosate, l'herbicide très actif dont la majeure partie du marché est détenue par le même Monsanto.

"Nous avons répondu à l'obligation d'un certain nombre d'études pour vérifier l'absence d'effets sur la santé humaine et animale conformément aux deux circuits parallèles correspondant à la directive 2001/18/CE sur la dissémination des OGM et à la réglementation novel food afin d'intégrer notre colza comme nouveau produit alimentaire", explique Sophie Babinet, responsable de la communication chez Monsanto. Le vote du Conseil du 20 décembre portait uniquement sur l'application de la directive 2001/18/CE pour que le colza GT 73 soit utilisé dans des activités comme l'industrie pharmaceutique ou l'alimentation animale. Il ne portait pas sur la demande de Monsanto d'intégrer ce colza dans l'alimentation humaine. La protéine additionnelle a donc été soumise à un test de toxicité aiguë afin de constater l'absence de risques sur la santé par une seule prise. Autre évaluation effectuée par Monsanto: la substantielle équivalence. Le groupe s'est assuré que le colza génétiquement modifié avait les mêmes propriétés que le colza traditionnel et que l'introduction de la protéine n'altérait pas la composition nutritionnelle ou les fonctionnalités de la plante. Enfin, des tests sont réalisés sur l'éventuelle allergénité du colza GT 73 et la toxicité chronique qui doit assurer de l'absence d'effets sanitaires sur le long terme.

Sophie Babinet assure que ce type de colza transgénique est très répandu au Canada, où il représenterait 50% des cultures de colza. "Il permet une baisse des quantités utilisées de semences, ce qui permet des économies et une diminution des labours à entreprendre. Ainsi cela évite l'érosion du terrain et ralentit la contamination des produits phytosanitaires dans le sol", poursuit la responsable de communication de Monsanto. Toutefois, des critiques émanent de la part des agriculteurs canadiens biologiques. Ils affirment que leurs cultures sont contaminées et ce malgré les protections qu'ils mettent en place. Pour avoir le label bio, les produits agricoles doivent ne pas contenir d'OGM. En France, la Commission du génie biomoléculaire (CGB), qui a émis un avis favorable sur l'importation du colza transgénique GT 73, est plus réservée sur sa mise en culture. "La plante survit aux hivers, ce qui n'est pas le cas de ses homologues traditionnels et son pollen voyage sur de très grandes distances, un phénomène qu'on ne retrouve pas avec le maïs transgénique qui est autorisé à la culture. Notre crainte réside dans une éventuelle contamination des autres plantes, surtout du colza sauvage", explique le professeur Marc Fellous, président du CGB. Des expérimentations sont actuellement menées pour vérifier le fondement de ces risques, mais ils s'avéraient exacts, ce serait alors la biodiversité qui serait menacée.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus