UE: la consommation énergétique du secteur résidentiel augmente

Le 25 juillet 2008 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

L'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) a participé à une étude, rendue publique mercredi 23 juillet, qui va donner du grain à moudre aux partisans des économies d'énergie obligatoires (1), dans le cadre du paquet Climat-énergie européen. L'efficacité énergétique de certains appareils électriques et électroniques a beau croître, la consommation énergétique du secteur résidentiel de l'Union européenne augmente toujours, selon le rapport du projet Remodece (2), qui a analysé la consommation d'énergie des ménages de 13 Etats membres (3).

Si la consommation moyenne annuelle d'un lave-linge a baissé de 28% entre 1995 et 2002 (235 kilowattheures par an contre 169), le nombre de cycles hebdomadaires est passé de 3,1 à 4,1 (+32%). Il en va de même pour le poste froid: sa consommation s'est réduite de 40% en 12 ans (1.050 kWh/an contre 636). Mais si réfrigérateurs et congélateurs ont gagné en efficacité énergétique, ils ont aussi gagné en volume (respectivement +48% et +32%).

Les gains sont moins flagrants du côté audiovisuel, et la consommation des téléviseurs a été multipliée par 2,5 entre 1995 et 2002, passant de 157 à 343 kWh/an. Le phénomène est dû à la mode du grand écran plat –consommation multipliée par 2 par rapport à l'écran cathodique– mais aussi à une hausse de 15% de la durée d'utilisation. La veille des téléviseurs, elle, s'est améliorée –84 watts pour les cathodiques, 22 pour les écrans plats.

De nouveaux usages en matière de périphériques sont consommateurs d'énergie. Un démodulateur consomme 84 kWh/an, et il est 20% du temps en veille. Les consoles de jeux, de plus en plus performantes, voient leur puissance appelée multipliée par 10 tous les 5 ans. Quant au DVD, sa consommation baisse grâce à une consommation de veille de 5 W. Le modem ADSL remporte la palme de la consommation des périphériques informatiques: allumé 24 heures sur 24, il consomme 55 kWh/an.

«Les usagers réinvestissent les gains des économies dans plus de services ce qui génère une consommation supplémentaire et une réduction, voire une annulation, des économies d'énergie», conclut l'étude.



(1) Voir les articles du JDLE «Quand les économies d'énergie disparaissent du paquet Climat», «Energie: mieux utilisée, elle n'en pollue pas moins»

(2) Residential monitoring to decrease energy use and carbon emissions in Europe

(3) Belgique, Danemark, France, Allemagne, Grèce, Italie, Norvège, Portugal, Suisse, Bulgarie, Hongrie, République tchèque, Roumanie




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus