UE 25: nouveaux risques au travail

Le 01 février 2006 par Ludivine Hamy
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Les évolutions de la société et de l’organisation du travail créent de nouveaux risques et engendrent de nouvelles demandes en matière de recherche sur la sécurité et la santé au travail. C’est ce qui ressort du nouveau rapport de l’Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail, intitulé «Priorités de la recherche pour la sécurité au travail dans l’UE des 25».

«La nature et l'organisation du travail changent, car elles sont plus axées sur le client et la connaissance» explique Hans-Horst Konkolewsky, directeur de l'Agence européenne pour la sécurité et la santé au travail. Aujourd'hui, la main d'oeuvre européenne est vieillissante; elle est moins dominée par les hommes, plus précaire et plus difficile à contrôler car disséminée dans de petites entreprises. Par conséquent, «les questions de santé sont devenues plus complexes et nous devons trouver de nouvelles façons d'envisager la recherche et la prévention en matière de sécurité et de santé au travail».

Dans cette perspective, le rapport mentionne la nécessité d'effectuer davantage de recherches sur la prévention de la violence psychologique au travail, à savoir tous les types de harcèlement. La Commission européenne a récemment souligné l'importance de ces thèmes en publiant un appel à propositions de recherche pour étudier «le stress lié au travail comprenant la violence physique et psychologique comme le harcèlement et l'intimidation».

Le rapport souligne également la difficulté des travailleurs à trouver le juste équilibre entre temps de travail et temps d'inactivité. L'Agence constate une proportion croissante de foyers aux «doubles carrières» et de parents proches âgés dépendants. En outre, les salariés sont de plus en plus affectés par des formes variées de «travail atypique»: intérim, travail à temps partiel ou travail «en dehors des heures normales». L'ensemble de ces facteurs sont des sources évidentes de stress lié au travail et peuvent constituer une barrière au recrutement ou au maintien de certains groupes de main-d'oeuvre.

Mais les risques futurs ne se limitent pas aux problèmes psychosociaux et à la fragilisation des parcours professionnels. D'autres préoccupations concernent notamment les troubles musculo-squelettiques (TMS) et les risques causés par les substances dangereuses. A titre d'exemple, le développement rapide de la nanotechnologie a conduit à l'exposition de nombreux travailleurs aux nanoparticules, alors même que l'évaluation et les méthodes de mesure de l'exposition en sont toujours à un stade expérimental. Les pistes de recherche sont donc multiples et ouvertes.




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus