Trop de portes freinent l’efficacité énergétique du bâtiment existant

Le 21 mars 2008 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
«Avec une consommation croissante d’énergie, les prix élevés de l’énergie et la hausse des émissions de CO2, l’impératif d’accroître l’efficacité énergétique [du bâtiment] est plus forte que jamais», rappelle Nobuo Tanaka, directeur exécutif de l’Agence internationale de l’énergie (AIE).

Pour l’AIE, le coût des «éco-technologies» n’est plus un argument valable pour justifier le manque d’efficacité énergétique du bâtiment existant dans le monde. Alors que ce secteur compte pour plus de 40% de la consommation mondiale d’énergie primaire, émet 24% des émissions mondiales de CO2, l’AIE estime que la difficulté à mieux maîtriser la consommation des bâtiments est due aux obstacles du marché.

Dans son rapport co-écrit avec l’Agence française de développement (AFD) et intitulé «Promotion des investissements d’efficacité énergétique: études de cas dans le secteur résidentiel», l’agence s’est appuyée sur des exemples pris au Japon, Etats-Unis, France, Allemagne et Royaume-Uni, qui illustrent les politiques et mesures améliorant l’efficacité énergétique du bâtiment existant.

Principales barrières pour arriver à l’efficacité: difficultés à l’accession au capital, thèmes énergétiques qui ne sont toujours pas prioritaires, informations discordantes, intérêts divergents des investisseurs et consommateurs finaux d’énergie.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus