Trop de plomb dans les stands de tir

Le 21 avril 2017 par Romain Loury
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Un stand de tir
Un stand de tir

L’air des stands de tirs est saturé de plomb, du fait des munitions qui y sont tirées. Conséquence: les tireurs, amateurs ou professionnels, en présentent des teneurs sanguines élevées, allant jusqu’au saturnisme, révèle une étude publiée dans la revue Environmental Health.

Dernier exemple en date, les 32 stands de tirs franciliens de la police nationale ont dû être fermés début avril. En cause, trois salariés de l’entreprise chargée de leur nettoyage se sont avérés présenter une plombémie (teneur sanguine en plomb) élevée, obligeant cette société à suspendre ses travaux.

Selon une étude publiée dans Environmental Health par l’équipe d’Andrew Ball, de l’Institut royal de technologie de Melbourne (Australie), il s’agit là d’un problème courant dans les stands de tirs. Du fait des munitions en plomb, l’air se trouve fortement imprégné de ce métal lourd, inhalé par les tireurs avant de se retrouver dans leur sang.

Une plombémie très au-dessus de la moyenne

Les chercheurs ont analysé 36 études menées entre 1975 et 2016 dans 15 pays, principalement aux Etats-Unis, rapportant le taux de plomb chez des personnes fréquentant des stands de tir.

Alors que la plombémie moyenne aux Etats-Unis est de 12 µg par litre de sang, la plupart des études faisaient état de taux dépassant les 100 µg/L chez certaines personnes, et certaines au-delà de 400 µg/L. Soit très au-dessus du seuil critique de 50 µg/L, qui caractérise le saturnisme.

Risque pour les enfants

Chez l’adulte, l’excès de plomb peut entraîner des maladies cardiovasculaires et rénales. La situation est plus préoccupante chez les femmes en âge de procréer, qui peuvent transmettre le plomb à leur enfant in utero –d’autant que le plomb s’élimine lentement de l’organisme-, ainsi que chez les enfants, chez qui le plomb altère le développement cérébral.

Selon les chercheurs, «la prévention passe par le fait de changer de vêtement après la séance de tir, l’interdiction de fumer ou de manger dans les stands ainsi qu’une amélioration de la ventilation en salle et en extérieur». Ou tout simplement par la recherche d’alternatives aux balles de plomb –voire d’activités plus paisibles.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus