Trop de nano argent sont toxiques pour les sols

Le 25 novembre 2013 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Le pictogramme inventé par l'INRS pour indiquer la présence de nanomatériaux.
Le pictogramme inventé par l'INRS pour indiquer la présence de nanomatériaux.
Inrs

Les nanoparticules d’argent et leurs propriétés antimicrobiennes font des merveilles jusque pour la microfaune des sols, et ce à des concentrations relativement faibles. C’est ce que vient de mettre en lumière des chercheurs allemands, qui publient leurs conclusions dans Environmental Sciences Europe. Produits antimicrobiens, utilisés dans des habits, des canapés ou des taies d’oreiller, afin de réduire les odeurs et le développement microbien, les nano argent sont les plus usités dans les produits manufacturés des 5 continents. Les douches, les machines à laver et autres lessivages le font passer par les stations d’épuration, qui ne sont pas du tout équipées pour les éliminer. Résultat, les nano argent se retrouvent dans les boues, dont une partie termine épandue comme engrais dans les champs agricoles. C’est ce cas de figure qu’ont étudié les chercheurs allemands.

 

Ils ont d’abord mis en contact des nano argent[1] directement avec des micro-organismes du sol, sans les mélanger à des boues. Au bout de 28 jours, une bactérie essentielle dans le cycle de l’azote se trouvait inhibée et la taille de la plupart des populations microbiennes chutait. Des essais menés avec un mélange de boues et de nano argent sur une plus longue période (180 jours) ont montré des résultats identiques. «Ces découvertes confirment que la prise en compte de la mise en œuvre de tests sur le long terme dans le cadre de la caractérisation de l’évaluation des risques pour les nano argent (et également d’autres nanoparticules) est essentielle», concluent les auteurs.

 

Les chercheurs se sont demandés quelle serait la concentration pertinente en nano argent de ces boues, qui ne serait pas dommageable pour l’environnement. La concentration retenue s’établit à 0,05 milligramme par kilo de boue déshydratée, soit 30 mg/kg par épandage, compte tenu du nombre d’épandages et des quantités autorisés en Allemagne (5 tonnes par hectare tous les trois ans). La faible mobilité des nano argent, alliée à des épandages répétés, font craindre aux chercheurs une hausse de la concentration, année après année, de 0,001 mg/kg, ce qui aboutirait à dépasser les concentrations actuellement autorisées d’ici 50 ans. Une accumulation de nanoparticules qui s’avérerait bien toxique pour un sol déjà passablement endommagé.



[1] Ce sont des nano argent de type NM-300K qui ont été étudiés.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus