Troisième hausse des prix du gaz naturel en un an

Le 18 septembre 2012 par Alexia Tilly
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Prochaine hausse prévue en octobre
Prochaine hausse prévue en octobre

Début octobre, les particuliers auront vu leur facture de gaz augmenter de 10% en un an.

«Il n'est pas question d'augmenter le prix du gaz plus que de l'inflation», avait assuré début juillet le Premier ministre lors d’un journal télévisé. C’est pourtant chose faite. Les prix du gaz vont augmenter de 2% au mois d’octobre, après une hausse de 4,4% en janvier et de 2% le 20 juillet dernier.

Ce qui ne correspond pas à une hausse de 8,5%, contrairement à ce que les associations de consommateurs commencent à dénoncer, mais supérieure à cela puisque les pourcentages ne s’additionnent pas. Pour les abonnés de GDF, au mois d’octobre, les prix afficheront une hausse d’environ 10% par rapport à leur facture d’il y a un an.

L’inflation, de son côté, n’est pas encore à ce niveau-à moins que le Premier ministre n’ait des informations exclusives sur le sujet. Selon l’Insee, à la fin août, le panier de la ménagère n’avait pas progressé de plus de 2,1% sur un an.

Les prix du gaz observent donc une hausse fulgurante. Une augmentation sous forme de rattrapage. GDF demandait d’ailleurs une augmentation de 7% des prix du gaz pour le mois d’octobre. Au final, le gouvernement tranche encore, mais le poids de l’exécutif dans la décision de fixation des prix a néanmoins baissé depuis un arrêt du Conseil d’Etat datant de 2009. La Commission de régulation de l’énergie, autorité indépendante, donne en effet un avis consultatif au gouvernement qui plaide souvent plus en faveur des énergéticiens que du budget des ménages.

Le Conseil d’Etat avait certes affirmé que le prix du gaz ne devait pas augmenter plus que le coût d’approvisionnement. Mais le mode de calcul de ce paramètre ne vient pas faciliter le débat sur le juste prix du gaz naturel. Indiqué par GDF, il fait en effet l’objet d’une formule difficilement contestable:

Δ"m" = ΔFOD€/t*0,01079 + ΔFOL€/t*0,01568 + ΔBRENT€/bl*0,06077 +ΔTTF€/MWh*0,25887 + ΔEURUSD*1,90944 (1)

Un calcul dont les références semblent toutefois obsolètes. Le prix du gaz naturel s’est fortement éloigné de celui du pétrole brut avec l’arrivée du gaz de schiste aux Etats-Unis, se trouvant désormais nettement moins cher que le pétrole.

Mais le coût d’approvisionnement ne représente qu’une part limitée du coût de production du gaz. Les opérateurs se disent surtout impactés par le coût de la distribution du précieux carburant: l’entretien des réseaux serait la principale raison de la hausse des prix, qui ne manquera pas de s’accentuer dans les années qui viennent.

(1) Légende des éléments de la formule:

·      Dm: évolution des coûts d'approvisionnement en gaz naturel

·      DFOD€/t: évolution de la cotation du fioul domestique à 0,1 % en euros par tonne

·      DFOL€/t: évolution de la cotation du fioul lourd basse teneur en soufre en euros par tonne

·      DBRENT€/bl: évolution de la cotation du baril de pétrole en euros par baril

·      DTTF€/MWh: évolution de la cotation des prix futurs trimestriels de gaz naturel sur la place de marché des Pays-Bas en euros par MWh

·      DEURUSD: évolution du taux de change euro contre dollar US

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus