Troisième condamnation de Monsanto aux Etats-Unis

Le 14 mai 2019 par Stéphanie Senet
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
Le jury a jugé Monsanto coupable
Le jury a jugé Monsanto coupable

 

Racheté l’an dernier par le groupe Bayer, Monsanto a été condamné, lundi 13 mai, à verser deux milliards de dollars aux époux Pilliod, un couple de septuagénaires atteints d’un lymphome non-hodgkinien.

Troisième revers judiciaire pour le fabricant du Roundup aux Etats-Unis, et non des moindres, 4 jours après la révélation en France du ‘fichier Monsanto’. Un jury d’Oakland (Californie) l’a condamné à verser 2 Md$ (1,8 Md€) aux époux Pilliod, atteints d’un lymphome non-hodgkinien au titre de dommages punitifs. Il faut y ajouter 55 M€ à titre compensatoire (pertes économiques et préjudice moral).

«Le jury a estimé que l’exposition au Roundup était la cause du cancer des époux Pilliod et que Monsanto avait failli à l’obligation de prévenir de ce grave danger pour la santé. Il a aussi reconnu que l’entreprise avait agi avec malveillance, oppression ou fraude, et devait être punie pour son comportement», a détaillé Baum, Hedlund, Aristei & Goldman, l’un des cabinets d’avocats défendant le couple. Un jugement qui rappelle qu’en mars 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) avait classé le glyphosate comme «cancérogène probable» pour l’homme.

Enchaînant les décrochages, le groupe Bayer a perdu 2,55% à 55 euros, ce 14 mai à la Bourse de Paris. Dans un communiqué, le chimiste allemand s’est dit «déçu», répétant que le Roundup et son principe actif, le glyphosate, sont sans danger. Il a aussi annoncé qu’il ferait appel de cette décision.

«Nous aurions aimé que Monsanto nous prévienne, qu’il y ait quelque chose sur l’étiquette qui informe du risque de cancer, nous ne l’aurions pas utilisé», a déclaré d’une voix faible Alberta Pilliod lors d’une conférence de presse à San Francisco, selon l’AFP. Le couple a commencé à utiliser du Roundup en 1982. Le cancer de son mari a été détecté en 2011. Le sien en 2015.

Le 27 mars, Monsanto avait déjà été condamné par le tribunal fédéral de San Francisco à payer 80,8 M$ (72 M€) à Edwin Hardeman, lui aussi atteint d’un lymphome non-hodgkinien après avoir utilisé l’herbicide depuis trois décennies dans sa propriété. En août 2018, une autre condamnation d’un jury populaire –dans le procès de Dewayne Johnson atteint du même cancer[1]– s’élevait à 289 M$ (253 M€). Une somme ensuite revue à la baisse, le 22 octobre, par une juge américaine. Mais Monsanto doit encore payer 78,5 M$ (70 M€) au jardinier professionnel.



[1] devant le tribunal de San Francisco (Californie)



Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus