Trois zones pour surveiller la qualité de l’air

Le 03 janvier 2017 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
La France entièrement couverte par ces nouveaux zonages.
La France entièrement couverte par ces nouveaux zonages.
DR

Le ministère de l’environnement, les associations agréées pour la surveillance de la qualité de l'air (AASQA) et le laboratoire central de surveillance de la qualité de l'air ont élaboré un nouveau zonage du pays, afin d’améliorer le rapportage communautaire des données sur la qualité de l’air.

 

Un arrêté prévoit, au 1er janvier 2017, de découper le territoire national en trois zones pour assurer un meilleur rapportage des données au plan communautaire. Dans chacune de ces zones, les AASQA assurent la surveillance et la prévision de la qualité de l'air pour les polluants atmosphériques réglementés, dont la surveillance est obligatoire en application des directives de 2004[1] et de 2008[2]. Ce découpage des régions en zones administratives de surveillance de la qualité de l'air ambiant a été réalisé région par région, en fonction de leur superficie, de leur population, des niveaux de polluants, des industries présentes ou encore des conditions météorologiques qui y règnent.

Quelle ville européenne fait ‘aussi bien’ que Pékin en matière de pollution de l’air? Il s’agit de Skala, dans le sud de la Pologne, qui rafle le titre peu enviable de ville européenne la plus polluée, avec 979 microgrammes par mètre cube d’air relevés en décembre 2016 par un organisme de surveillance de l’air polonais. La Pologne abrite 33 des 50 villes les plus polluées de l’Union, ce qui lui vaut d’être déférée devant la Cour de justice de l’Union européenne. La faute à ses centrales à charbon.

Agglomérations et alentours

La nouveauté de ce découpage réside dans la définition de trois catégories de zones, qui couvrent tout le territoire, DOM-COM inclus: les ‘zones à risques-agglomération’ (ZAG), qui comportent une agglomération de plus de 250.000 habitants; les ‘zones à risques-hors agglomération’ (ZAR), qui ne répondent pas aux critères mentionnés par le Code de l’environnement et dans lesquelles les normes de qualité de l'air mentionnées à l'article R. 221-1 du Code de l'environnement ne sont pas respectées ou risquent de ne pas l'être; et enfin, la ‘zone régionale’ (ZR) qui s'étend sur le reste du territoire de la région.

La population et la superficie correspondantes sont précisées en annexe pour chaque type de zone. La liste des communes incluses est précisée pour les ZAG et les ZAR.

 

Quelle ville européenne fait ‘aussi bien’ que Pékin en matière de pollution de l’air? Il s’agit de Skala, dans le sud de la Pologne, qui rafle le titre peu enviable de ville européenne la plus polluée, avec 979 microgrammes par mètre cube d’air relevés en décembre 2016 par un organisme de surveillance de l’air polonais. La Pologne abrite 33 des 50 villes les plus polluées de l’Union, ce qui lui vaut d’être déférée devant la Cour de justice de l’Union européenne. La faute à ses centrales à charbon.



[1] concernant l’arsenic, le cadmium, le mercure, le nickel et les hydrocarbures aromatiques polycycliques.

[2] dite pour la qualité de l’air ambiant et un air pur pour l’Europe.

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus