Trois substances pharmaceutiques à surveiller

Le 29 novembre 2012 par Valéry Laramée de Tannenberg
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Gare aux perturbateurs endocriniens dans l'eau.
Gare aux perturbateurs endocriniens dans l'eau.
© Peter Kristensen / AEE

Comme nous l’annoncions la semaine passée [JDLE], le Parlement européen a amendé, mercredi 28 novembre la directive-cadre sur l’eau.

Pour la première fois, trois substances pharmaceutiques (17-alphaéthinylestradiol, 17-bêta-estradiol et Diclofénac) devront être surveillées et contrôlées dans les eaux de surface européennes.

Toutefois, précise le communiqué de la commission Environnement, de la santé publique et de la santé alimentaire, «les normes de qualité environnementale (NQE), qui établissent les limites de concentration chimique dans l'eau, seront seulement fixées, pour les produits pharmaceutiques, lors du prochain examen de la Commission européenne, lorsque l'ampleur du problème sera mieux connue».

Le texte établit également une «liste de vigilance» de 25 substances, qui devront être surveillées pendant une période de minimum 12 mois par les Etats membres. Les pays de l'UE devront avoir recours à différentes stations de surveillance, en fonction de leur superficie et de leur population, et présenter des rapports périodiques sur les résultats obtenus. La validité de la liste de vigilance est limitée à 4 ans.



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus