Trois ans pour expérimenter une empreinte environnementale européenne

Le 05 novembre 2013 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
A la recherche du shopping "vert"...
A la recherche du shopping "vert"...
DR

Face à la prolifération «de méthodes et d'initiatives qui visent à évaluer et à indiquer la performance environnementale» des objets, il existe un risque de confusion et une certaine méfiance. La Commission européenne s’est donc lancée dans l’élaboration d’une méthode commune pour quantifier l'incidence des produits sur l'environnement tout au long de leur cycle de vie, afin d'étayer l'évaluation et l'étiquetage des produits. Rien de coercitif: il s’agit d’une aide à la décision pour les particuliers et d’une incitation douce pour les entreprises à produire des produits à haute performance environnementale. La Commission va maintenant tester cette méthode de référentiels par secteur, lors d'une phase-pilote de trois ans (qui a débuté le 4 novembre) par le biais de 14 projets sélectionnés parmi plus de 90 propositions. Ce sont surtout des multinationales qui ont répondu présentes à l’appel de la Commission. Dès 2014, des essais seront lancés avec des produits alimentaires, d’hygiène et des boissons.

 

En lice:

  • piles et accumulateurs, proposé par l’association européenne de promotion des batteries rechargeables (Recharge AISBL)
  • peintures décoratives, proposé par le Conseil européen de l’industrie de la peinture et des encres d’imprimerie (CEPE)
  • conduites d’alimentation en eau chaude et froide, proposé par l’association européenne des tubes et raccords en plastique (TEPPFA)
  • détergents ménagers, proposé par l’association internationale de la savonnerie, des détergents et des produits d’entretien (AISE)
  • matériel informatique (serveurs, disques durs, connectiques), proposé par Hitachi
  • cuir, proposé par la confédération des associations nationales de tanneurs et mégissiers de la Communauté européenne (Cotance)
  • tôles métalliques, proposé par l’association européenne des métaux (Eurométaux)
  • chaussures non-cuir, proposé par l’association de promotion pour une filière textile durable (SAC)
  • production d’électricité photovoltaïque, proposé par l’agence internationale de l’énergie photovoltaïque
  • papeterie, proposé par l’association des acteurs de la filière papetière (Ufipa)
  • isolation thermique, proposé par l’association Création Développement Eco-Entreprises (CD2E)
  • t-shirts, proposé par le bureau d’étude Cycleco
  • onduleur électrique, proposé par Schneider Electric
     

Comme le note le site gouvernemental Affichage environnemental, «les choix réalisés ne semblent pas avoir été dictés par un souci de comparabilité immédiate avec les travaux français puisque, à ce jour, hormis les chaussures et le textile d’habillement, aucune autre catégorie retenue par la Commission européenne ne fait l’objet d’un référentiel Afnor».



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus