Travailleurs du bitume : trois plaintes pour « empoisonnement »

Le 25 octobre 2010 par Sabine Casalonga
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

 

Trois familles d'ouvriers du bitume morts des suites de maladie ont déposé plainte pour « crime d'empoisonnement » contre Eurovia-Vinci, Jean Lefèbvre et la DDE du Doubs devant les parquets de Bourg-en-Bresse (Ain) fin septembre, et ceux d’Orléans (Loiret) et de Montbéliard (Doubs), le 14 octobre, selon l’AFP.

Les trois ouvriers sont décédés entre 2000 et 2008 « d'avoir inhalé et été en contact avec le bitume, hautement toxique et cancérigène lorsqu'il est chauffé », a précisé à l'AFP Jean-Jacques Rink, avocat lyonnais des familles. Il reproche notamment aux sociétés d'avoir « caché le risque à leurs employés » et d'avoir « imposé une véritable omerta » concernant la dangerosité de leur tâche.

L'Union syndicale de l'industrie routière française (Usirf) a dénoncé dans un communiqué « les manipulations et les accusations totalement infondées » de l’avocat. Le syndicat affirme que « toutes les études, menées en toute transparence et en toute indépendance (...) ont démontré depuis des années qu'il n'y avait pas de lien établi entre cancer et bitume ».

Un des ouvriers, spécialisé dans l'épandage du bitume, est décédé en juillet 2008, à 56 ans, des suites d'un cancer de la peau. Conducteur-épandeur de bitume à la DDE (désormais Direction départementale des territoires) du Doubs, le second a perdu la vie en 2008 à 68 ans, atteint par un cancer de la bouche. Le dernier, ancien mécanicien d'entretien des machines d'épandage, est décédé en mai 2000 d'une leucémie.

Le 10 mai dernier, le tribunal des affaires de sécurité sociale (Tass) de Bourg-en-Bresse (Ain) avait reconnu, pour la première fois en France, la faute inexcusable de la société Eurovia (filiale du groupe Vinci) dans le cas du premier ouvrier [voir le JDLE].

L'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (Afsset), désormais Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a annoncé, en mai dernier, qu’elle allait réaliser une évaluation des risques pour la santé des travailleurs liés à l’usage des bitumes, suite à une saisine de la CGT.

Les « extraits de bitumes » sont classés cancérogènes « possibles » (catégorie 2B) par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ), de l’OMS.

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus