Travailler plus, un facteur de risque

Le 18 août 2005 par Claire Avignon
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email

Une étude américaine revient sur les risques sanitaires liés aux heures supplémentaires.

Selon une étude parue dans Occupational and environmental medicine (1), travailler plus de 12 heures par jour augmente le risque de blessure ou de maladie de 37% par rapport aux personnes qui ne font pas d'heures supplémentaires, et 23% lorsqu'on travaille plus de 60 heures par semaine. Et ce, quels que soient la dangerosité du travail ou le temps de trajet travail-maison. Les résultats proviennent de l'analyse d'une étude appelée National longitudinal survey of youth à laquelle 10.793 Américains ont participé. Ils ont répondu à un questionnaire portant sur les emplois qu'ils ont occupés, leurs horaires de travail, ainsi que les maladies et les blessures professionnelles (troubles musculo-squelettiques, fractures, contusions, brûlures, etc.) qu'ils ont eues entre 1987 et 2000. Allard Dembe, principal auteur de l'étude et professeur associé de l'université du Massachusetts , a ainsi pu analyser 110.236 emplois. 5.139 maladies ou blessures ont été enregistrées, dont 2.799 pour des personnes déclarant avoir fait des heures supplémentaires.

Si la conclusion de l'étude apparaît évidente -faire des heures supplémentaires augmente le stress et la fatigue, et donc le risque de maladie et de blessure- aucune étude américaine n'avait encore montré cet impact sur un échantillon aussi important, indique Allard Dembe. «Cette étude appuie les initiatives de l'Union européenne et des autres gouvernements de réguler le temps de travail», conclut le chercheur qui souhaite que celui-ci soit intégré aux politiques de santé et de sécurité des entreprises.



(1) Occupational and environmental medicine est édité par le British medical journal




A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus