Transports: la voiture individuelle, reine des routes françaises

Le 03 juin 2016 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Les embouteillages, fléau moderne.
Les embouteillages, fléau moderne.
DR

La voiture individuelle représente 90% du transport individuel, qui reste hégémonique en France. En moyenne, un Français partout 38,9 km par jour.

Le Français se déplace de plus en plus, et surtout en voiture individuelle. C’est ce qui ressort d’une étude réalisée par le Commissariat général au développement durable (CGDD) qui a calculé qu’en 2014, le transport intérieur de voyageurs avait représenté 907 milliards de voyageurs-kilomètres. Soit une augmentation de 23% depuis 1990, avec 38,9 km parcourus quotidiennement par chaque Français (tous modes confondus). La population augmente à un rythme moindre que le transport intérieur.

Le voyageur-kilomètre? Une unité de mesure qui permet de comparer les différents modes de transport, en calculant notamment les différentes parts modales. Pour l’obtenir, on multiplie le nombre de voyageurs transportés par la distance moyenne parcourue par voyageur. On obtient la quantité de service rendu par le transport.

Parmi les grandes tendances qui se dégagent: la domination du transport individuel (+20% depuis 1990), même si sa part modale tend à diminuer lentement (79,5 % du transport intérieur en 2014). La voiture individuelle reste hégémonique (90% du transport individuel). Longtemps sous-estimé, le taux d’occupation des voitures aurait chuté, avec 1,6 passager par voiture (contre 1,83 en 1990). Deux explications: des ménages dont la taille moyenne diminue régulièrement (1990: 2,57 personnes; 2014: 2,24) et qui disposent de plus de voitures qu’auparavant (19% n’ont pas de voiture et 34,5% ont deux voitures ou plus).

Les Corails dévissent

Le TGV tire le transport ferré sur longue distance vers le haut, non sans conséquence: «Le transport en train d’équilibre du territoire (TET) n’a cessé de diminuer et plusieurs liaisons aériennes directement concurrencées par la mise en exploitation des lignes à grande vitesse (LGV) ont enregistré de fortes réductions de leur trafic». En 25 ans, le transport routier interurbain et occasionnel en autocar a crû de façon régulière. Dans son ensemble, le transport collectif de longue distance a progressé de 31% entre 1990 et 2014.

Hors Paris, c’est le tramway qui a révolutionné le transport collectif de proximité. En l’espace de 25 ans, ce ne sont pas moins de 20 collectivités qui l’ont adopté (souvent après l’avoir détruit quelques décennies auparavant). Résultat, le transport collectif urbain (TCU) a augmenté de 89% en région et de 35% à Paris. Signe de l’engouement: «En région Ile-de-France comme dans les autres régions, l’utilisation des TCU a progressé plus vite que la population urbaine», constate le CGDD.

Voiture reine

A noter: le CGDD corrèle l’augmentation du nombre de voitures individuelles par habitant à l’effondrement des transports collectifs. Contre-exemple avec la Hongrie, où le nombre de voitures particulières rapporté à la population est l’un des plus faibles de l’Union européenne (301 pour 1.000 habitants en 2012) et où la part du transport collectif est supérieure à 30%. Des exceptions notables: l’Autriche et la Suisse, où l’infrastructure ferroviaire, historiquement dense et entretenue à grands frais, connaît une part modale du transport ferroviaire supérieure à celle de la France, tout en ayant un taux d’équipement en voitures individuelles également supérieur.

 

 

 



A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus