Transports: l’AEE appelle à une politique de réduction des émissions

Le 07 mars 2008 par Victor Roux-Goeken
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
Alors que 12% des émissions de CO2 dans l'UE proviennent de la combustion de carburants consommés par des voitures particulières, que les taux d'occupation des véhicules privés diminuent progressivement, l'Agence européenne pour l'environnement (AEE) appelle l'UE à prendre des mesures dans le domaine des transports.

Dans son rapport publié lundi 3 mars et intitulé «Climate for transport change», l'AEE relève que l'efficacité énergétique des transports diminue au moment où le volume de passagers et de marchandises croît plus vite que l'économie. Les transports routiers, qui auraient pu permettre de réduire les émissions de GES s'ils «avaient suivi une tendance identique à celle observée dans d'autres secteurs économiques», sont pointés du doigt par le rapport. Les émissions de GES de l'UE-27 ont décru de 7,9% entre 1990 et 2005 alors qu'elles auraient pu chuter de 14%.

Les auteurs du rapport plaident pour l'intégration des problématiques des transports et d'occupation des terres dans la planification urbaine. 80% des coûts liés aux embouteillages, perte d'heures de travail incluse, seraient dus aux villes dans l'UE-15, calcule l'AEE.

Pour atteindre les objectifs de la «feuille de route de Bali», le rapport calcule que la croissance des transports doit se situer dans une fourchette comprise entre 4 et -2%.

Les engagements volontaires des fabricants automobiles n'ayant pas réussi à améliorer l'efficacité des véhicules, l'AEE appelle l'UE à privilégier des modes de transport plus efficaces et alternatifs.


A suivre dans l'actualité :

Sites du groupe

Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus