Transport: les Français se déplacent (à peine) moins

Le 05 mars 2018 par Marine Jobert
Imprimer Twitter Facebook Linkedin Google Plus Email
ajouter à mes dossiersRéagir à cet article
L'avion, leader en part modale sur la longue distance.
L'avion, leader en part modale sur la longue distance.

Forte croissance du car. L’avion qui redevient premier en part modale. Le nombre d’aller-retour qui diminue légèrement. Voici quelques enseignements sur la mobilité des Français en 2016.

Est-ce une tendance de fond ou une observation circonstancielle? Dans une analyse sur la mobilité à longue distance des Français en 2016[1], le Commissariat général au développement durable (CGDD) fait apparaître une légère inflexion dans le nombre de voyages à longue distance, c’est-à-dire avec au moins un aller et un retour et à plus de 100 kilomètres de leur domicile. En moyenne, les Français réalisent chaque année 4,2 voyages longue distance, contre 4,5 en 2014. Une baisse de 0,7% sur les 219,8 millions de voyages réalisés chaque année, qui s’explique entièrement par la diminution du nombre de voyages à titre personnel (-1,5 entre 2015 et 2016), quand ceux réalisés pour des motifs professionnels augmentent (+3,4 sur la même période).

Moins coûteuse que l’installation de bornes de recharge, l’alimentation au lampadaire… le projet Remora permet de recharger son véhicule électrique à l’un des trois candélabres testés pendant 6 mois à Calais. Limité à deux heures de charge pour 50 km d’autonomie, l’expérience est menée par la Fédération départementale d’énergie du Pas-de-Calais, EDF, la société d’éclairage urbain Citelum, et Ubitricity.

Avion number one

Stable, la voiture reste préférée pour plus des deux tiers des voyages (68,4%, soit une baisse de 0,5%). Mais elle se fait doubler par l’avion pour ce qui est de la part modale. Car, alors que celui-ci était à égalité avec la voiture en 2015, il redevient le premier mode de transport en termes de distances parcourues en 2016, avec une part modale de 42,6 %. Si le nombre de kilomètres augmente (+0,9%), essentiellement à cause de trajets en avion plus lointains, le nombre de voyages à l’étranger continue à diminuer, quel que soit le motif. Une fois sur le tarmac, les vacanciers ont toutefois tendance à se déplacer davantage (+7%, passant de 4.151 à 4.429 km).

Des causes à élucider

Le train, lui, se fait grignoter des kilomètres par l’autocar. La SNCF perd en effet en nombre de voyages (-1%) et en kilomètres (-2,6%), comme l’avait démontré un récent rapport de l’Autorité de régulation des activités ferroviaires (Arafer). La faute aux cars ‘Macron’, qui captent désormais environ 2% de la part modale. Le CGDD n’avance aucune explication à ces tendances, qu’il s’agira de suivre sur le long terme, dans les contextes complexes et interdépendants de l’augmentation des prix des carburants, des nouvelles mobilités et du bannissement des véhicules diesel d’un nombre croissant de métropoles.

Orléans travaille à passer sa flotte de 150 bus au ‘zéro émission’ d’ici 2022. La métropole vient de désigner Egis (filiale à 76% de la Caisse des dépôts et consignation) pour assurer la mission d’assistance à maîtrise d’ouvrage pour choisir au mieux les véhicules, les chargeurs et adapter les centres de maintenance dans un secteur encore neuf où les normes font encore défaut.


[1] Les résultats présentés sont élaborés à partir de l’enquête sur le suivi de la demande touristique des Français (SDT), de la direction générale des entreprises (DGE), réalisée mensuellement par l’institut Kantar TNS, auprès d’un panel de 20.000 personnes, représentatif de la population de 15 ans ou plus résidant en France métropolitaine.

 



Sites du groupe
Le blog de Red-on-line HSE Compliance HSE Vigilance HSE Monitor

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus